1. La morale d'Anon 01


    Datte: 07/10/2021, Catégories: Première fois Auteur: Charly Chast

    ... qu'elle ait toutes les qualités requises, mais là c'était à la marieuse de s'en assurer. Il fallait aussi bien sûr qu'elle soit vierge ! La virginité avait une double fonction. S'assurer que la descendance sera bien de son mari, et avoir la garantie que la jeune fille n'avait pas été souillée par une maladie … Vous savez ces maladies qu'ont les femmes de mauvaise vie …
    
    La mariée était parfaite ! Tout doute ou suspicion avait été levé, elle était belle et forte, elle avait un sourire charmeur et savait se taire. Elle avait de belles fesses et une jolie poitrine, elle donnerait de beaux enfants et pourrait les nourrir.
    
    Dauj pensait à sa femme qui les avait quitté plus de seize ans plus tôt. Elle lui manquait toujours, il n'avait pas connu de femme depuis son décès.
    
    Les femmes venaient en groupe devant la grande hutte, et commençait toute la cérémonie. La marieuse intervenait en premier.
    
    – J'ai ici une jeune femme à marier ! Elle s'appelle Ramat. Qui l'a veut .
    
    – Moi ! Répondait Dauj. Je la veux pour mon fils aîné.
    
    – Et combien vas-tu donner aux parents de la jeune fille ?
    
    Ça faisait partie de la cérémonie, on marchandait, les autres hommes intervenaient et faisaient monter les enchère, Anon devait surenchérir deux fois. Pas plus, pas moins ! Tout était terriblement codifié. Seul le jeune marié ne disait rien, son père parlait à sa place.
    
    – Et tu peux me garantir Dauj que ton fils saura l'honorer comme il convient ?
    
    – Je lui ai expliquer ses ...
    ... devoirs, je l'ai élevé, c'est un bon fils, il sera un bon mari …
    
    Ça continuait comme ça pendant un long moment. Puis tout le monde s'énervait, criait et s'agitait, Dauj en profitait pour crier à son fils Ré !
    
    – Vas y fils, dépêche toi, va vite, prend cette femme avant que cette marchande ne change d'avis.
    
    Ré se précipitait et prenait sa fiancée dans ses bras, il la jetait sur son épaule et partait avec elle.
    
    Elle hurlait, elle criait, elle appelait au secours mais tout n'était que simulacre, mise en scène. Ré s'enfuyait avec la demoiselle qui était maintenant son épouse. Un homme se levait et provoquait Dauj, c'était le père de la mariée. Suivait un combat entre eux, enfin là encore un simulacre de combat. Une femme venait en pleurant et en hurlant, c'était la mère de la mariée, elle demandait justice, on venait de lui voler sa fille, elle s'en prenait à son mari, lui reprochant sa lâcheté … Bref, c'était la grosse pagaille, enfin toujours un simulacre de pagaille.
    
    Tout était parfaitement codifié. La marieuse intervenait et calmait la situation, elle apaisait les parents puis un banquet était servi. Dès qu'il s'agit de bouffe tout le monde se calme !
    
    On envoyait Anon porter à manger aux époux, bien sûr il était sensé le faire en secret aussi personne ne le regardait faire, ils n'étaient pas allé bien loin, ils était dans une hutte juste trois huttes plus loin. Anon mangeait avec son frère et sa nouvelle belle-soeur. Là l'ambiance était plus détendue. Il monterait ...