1. Une journée de Liviana T.


    Datte: 04/10/2021, Catégories: prost, Oral préservati, pénétratio, portrait, tarifé, Auteur: Amarcord

    Le premier client est un vieux venu de sa province. D’ailleurs, vieux, ce n’est même pas certain, tant on a l’impression qu’il l’a été à tout âge ; chez lui, c’est presque un style. Visage rubicond marqué de couperose, lunettes métalliques aux verres teintés et double menton. Plutôt débonnaire et pas très exigeant, le pépère.
    
    Il a conservé son tricot, ses chaussettes. Pour un peu, il aurait gardé la casquette. Assis au bord du lit, il attend patiemment. Il faut le conduire par la main jusqu’à la pièce d’eau, savonner sa queue flasque, et s’armer de patience pour ranimer un peu la nouille avant de tenter l’exploit.
    
    Impression d’être une infirmière en gériatrie, de lui parler trop fort et en bêtifiant : sa petite toilette, sa petite quéquette, sa petite gâterie, sa petite offrande. On lui essore le poireau comme on lui mettrait l’urinal.
    
    Bien souvent, c’est en vain, le vieux part la queue entre les jambes, et pourtant le sourire aux lèvres. Il a pu palper un peu de chair fraîche en compensation. Et puis c’est toujours ça de pris pour l’hygiène.
    
    Mais là, hélas, le mollusque réagit, il a dû bien planifier la prise des pilules. Il faut encore le gober, se mettre à l’ouvrage. L’escargot finit par dégorger dans sa coquille de latex. Il lui donne une petite tape affectueuse sur la joue, comme on féliciterait un bambin qui s’applique à manger la panade, et tant pis s’il a recraché tout le contenu de la cuiller sur le bavoir.
    
    *
    
    Le suivant est peu loquace.
    
    La mine ...
    ... est soucieuse, le corps s’enlise dans les premières masses adipeuses qui affleurent. Il prend un appel au téléphone, écoute le correspondant sans beaucoup de patience, s’inquiète des détails, donne des instructions. La livraison est-elle bien parvenue aux entrepôts du client ? C’est à peine s’il lui a accordé un regard, depuis son arrivée. Elle en profite pour appliquer une noix de gel lubrifiant.
    
    Et puis les affaires ne traînent pas.
    
    Il lui laisse le soin de le préparer, puis il la retourne, la pénètre sans délicatesse. Il y va de bon cœur, son souffle est sonore, il transpire à grosses gouttes, on ne saurait dire si tirer sa crampe est pour lui une récréation ou une épreuve.
    
    Un jour, il va claquer au claque, c’est certain.
    
    Il ne met pas longtemps à jouir.
    
    Efficace.
    
    *
    
    Vient le tour de l’inquiet.
    
    Il veut être rassuré. Elle doit le complimenter sur les proportions de son membre, dont ni le calibre ni l’aspect ne sont pourtant très flatteurs, l’encourager de ses gémissements factices. Un connaisseur : il a choisi la totale. Est-il vraiment si con, au point de ne pas voir qu’elle simule ? Est-ce à force de désespérer de faire un jour trembler bobonne ?
    
    *
    
    À midi arrive un couple qu’elle devine illégitime, compte tenu de l’horaire. La femme est un peu nerveuse, ce doit être sa première expérience du genre. Blonde sans grâce dans la quarantaine, les hanches un peu larges et les fesses pleines. Elle la trouve émouvante, elle le fait manifestement pour ...
«1234...7»