1. Champagne rosé


    Datte: 27/08/2021, Catégories: Anal Voyeur / Exhib / Nudisme Mature, Auteur: Baron-rouge

    L'été avait été effectivement chaud. Nous n'en étions cependant qu'à sa première partie. Manifestement nous tirerions encore la langue. Il s'agissait de ne pas trop s'exp
    
    oser à la brûlure du soleil et comme on dit de ne bronzer idiot. J'adore jongler en telle circonstance. J'étais en cette mi-juillet revenue d'un premier séjour en famille. J'y avais été fort sage. Je ne m'en étais pas moins brouillée avec mon mari. Nous fîmes en sorte de nous éviter régulièrement. Parallèlement les enfants s’adonnaient furieusement à leurs loisirs. Bref j'eus en sorte pour moi comme quartier libre.
    
    J'avais à l'autre bout de la ville la responsabilité de garder le pavillon d'une amie où il fallait nourrir et soigner un chien et un chat. En échange j’avais droit de bronzer dans son jardin au bord d'une piscine. Avec tact elle ne m'avait pas refusé le droit d'inviter qui je voulais dans cet endroit. Coquine autant que moi elle savait que je saurais mettre à contribution un pareil moment. J'étais résolue à en bien profiter d'autant que je concevais un peu à me venger de mon mari. D'une certaine façon je voulais donner quelque raison à la jalousie qu'il m'avait témoigné ces derniers jours.
    
    La canicule étrangement nous assommait en même temps qu'elle exacerbait une libido toujours prête. Au sortir du bureau je me changeais dans la voiture troquant des atours sobres et classiques contre ma minijupe, mon chemisier fort échancré et des sandales à talons hauts. L'effet était immédiat. Les ...
    ... hommes se retournaient sur moi. J'exultais. Je renaissais. Ceux qui ont su un peu de ma vie savent que je n'ai pas dédaigné des fois et en certains lieux et soirs de tapiner au vrai. Me prostituer au premier chef n'était-ce pas que de m'exhiber et m'offrir au regard du tout venant ?
    
    Ces jours j'étais open. Tout mâle put m'avoir à bon compte. Je n'attendis pas longtemps. Sur le parking du supermarché un peu embarrassé avec mes courses et un pack d'eau je vins à accepter l'aide providentielle d'un vieux beau. Il m'avait reluqué là-bas depuis les caisses. Il se trouvât que nos véhicules étaient contigus. J'acceptais de bonne grâce qu'il m’aida à soulever mon pack d'eau. D'un regard dur et assuré il me félicitât sans ambages sur mon beau corps et bronzage. Ma réaction ne lui laissa pas de doute sur mon genre. Il m’enserrât la taille puis m'attirât et m’embrassât.
    
    Il me proposa de le suivre dans un endroit peu loin et discret. Je connaissais ce lieu nanti d'une rivière et d'un bois. Sportifs et amoureux y écumaient. Les voyeurs aussi n'étaient pas en reste . Cette circonstance ajoutait plutôt à mon excitation. Je rejoins mon cochon dans sa bagnole. Je le suçais. La clim me soufflant dans le cheveu. Il était bien monté ce dont il ne semblait pas peu fier. Il m'évoquât le directeur du village vacance où nous avions été et qui était parvenu sur la fin à me prendre sur son bureau. J'aimais le vice des mâles vicieux sans scrupule. Je fondais dans leurs bras.
    
    Celui-ci assez ...
«1234»