1. L'ombre de Madame


    Datte: 12/07/2021, Catégories: Première fois Lesbienne Auteur: charime

    ... vous avais presque oublié, ma petite Mathilde. Explique Madame, passant sa main sur la joue de Mathilde. Je dois me rendre à un urgent et important rendez-vous. Heu, sur mon bureau, vous trouverez une carte de crédit et son code. J’exige que vous preniez votre après-midi pour changer toute votre garde-robe. J’ai bien dit toute, même vos dessous, vos chaussures.
    
    - Mais Madame, et mon travail ?
    
    - Il attendra votre remplaçant, ma petite. À propos, êtes-vous en possession d’un passeport valable ?
    
    - Euh oui, il a moins d’un an, je crois.
    
    - Bien, gardez-le toujours à portée de main à l’avenir, on est d’accord ?
    
    - Très bien Madame ! Dès demain, il ne me quittera plus.
    
    - Parfait ! Maintenant, je veux que vous profitiez de ce bel après-midi d’été pour, premièrement, vous faire plaisir en ayant une petite pensée pour ce siège derrière ce bureau juste là, derrière vous, le vôtre, ma très chère Mathilde. Deuxièmement, pensez que vous allez aussi voyager en vous choisissant vos futurs vêtements. Je sais que votre bus s’arrête devant cette belle rue pleine de boutiques. Sortez à cet arrêt, entrez dans la première, c’est là que j’achète pratiquement tous mes vêtements et sous-vêtements. Et si rien ne vous plait, passez à la seconde et ainsi de suite. Rappelez-vous que pour vous, le maître mot est plaisir, votre plaisir et rien que le vôtre. Ne pensez qu’à vous et vous seule, ma très chère Mathilde.
    
    - Mais je vais devoir vous rembourser et je n’en ai pas les…
    
    Là, ...
    ... Madame dépose délicatement son index sur la bouche de Mathilde.
    
    - Chuuut, ma douce, hum, pardon, ma très chère ! Il n’est pas question que vous remboursiez le moindre centime et c’est un ordre ! Non, cette fois, ma très chère, c’est l’entreprise qui va prendre à sa charge vos achats. Considérez ceci comme une sorte de prime pour tout le travail que vous abattez et sa perfection, la vôtre, ma chérie. Je vous en supplie, ma petite Mathilde, calmez-vous donc, vous êtes encore toute pâle. Prenez ceci, cela vous redonnera du tonus, Ajoute Madame émue en lui tendant une pastille à la menthe. Bon, il me faut vous abandonner sinon je vais être en retard.
    
    - Encore merci Madame.
    
    - Il n’y a pas de quoi. Entre femme, de temps en temps, un coup de main ne fait pas de mal, vous verrez. À demain ma petite Mathilde, n’oubliez pas de vous faire plaisir et épatez-moi, je vous en supplie.
    
    Madame part, presque en courant à son rendez-vous. Mathilde s’avance timidement dans ce bureau déserté. Sur l’imposant bureau de bois précieux, elle trouve, en plus de ladite carte de crédit, le code ainsi qu’une missive écrite à la main par Madame. Toute tremblante, Mathilde déplie la lettre. Elle commence par ces mots : « Ma très chère Mathilde » et continue en lui disant qu’elle est depuis toujours au courant de ses difficultés financières à la suite de son divorce quelque peu mouvementé. Elle ajoute que si Mathilde a besoin de quoi que ce soit et elle insiste bien sur ses mots, qu’elle ne doit ...