1. L'ombre de Madame


    Datte: 12/07/2021, Catégories: Première fois Lesbienne Auteur: charime

    Petite entrée en matière.
    
    Oh, trois fois rien. C’est juste qu’avant que cette histoire ne débute, il me faut faire cette petite mise au point qui me semble importante. Si vous voyez des majuscules ici ou là, ne vous inquiétez surtout de rien. Ce n’est rien d’autre que du respect envers la personne susnommée, comme Madame et non madame, Maîtresse et non maîtresse et ainsi de suite. Vous avez pigé ? Ok, super ! Pour le reste, grammaire, conjugaison, y a juste que je ne suis pas, et loin sans faut, un expert. En gros, si j’aurais su, j’aurai pas venu. Alors je vous prie donc de pardonner mes erreurs dans les temps des verbes ou leur conjugaison par exemple et ce, même si je cherche à m’améliorer. Bon, on y va ? Alors c’est parti mon kiki !
    
    Chapitre 1 : Début d’une nouvelle vie.
    
    Comme tous les matins, en ce début de semaine, Mathilde se rend dans le bureau de Madame la Directrice Générale de la firme que l’emploie. Pour elle, l’appeler autrement que Madame serait pur sacrilège, un véritable outrage, un crime de lèse-majesté. Cette presque femme de vingt-quatre ans n’est plus la jeune femme joviale et espiègle qu’elle fut à ses début dans cette firme, il y a presque huit ans maintenant. Le simple fait de devoir se rendre chez Madame met Mathilde dans un état de panique qu’elle ne parvient qu’à contrôler qu’à grande peine. Pour elle, se rendre chez Madame, c’est comme se rendre au paradis. Seulement, à chaque fois, elle tremble de partout, son cœur bat la chamade, mais ça, ...
    ... personne ne le sait et cela dur depuis que Madame est à la tête de cette multinationale. Tenue en haute estime par tous ses collègues, sa hiérarchie, jamais personne n’a pu lui faire reproche d’un travail mal effectué. Mathilde met un point d’honneur à toujours rendre un travail plus que parfait. Mais un divorce, cela peut vous briser une vie, même à la plus vaillante et joviale personne, c’est exactement le cas de Mathilde. Oh, elle a bien une personne en vue. C’est chez elle qu’elle s’imagine l’aimer passionnément. À vrai dire, cette personne que Mathilde considère comme inatteignable, est son ultime antidépresseur, sa lumière au bout de sa nuit sans fin. Sa pile de dossiers sous le bras, elle zigzag entre ses collègues d’un pas lest, nerveux et rapide. Ses talons martèlent le sol, claquant comme un avertissement : « Laissez-moi passer ! » Parvenue au dixième et dernier étage, elle doit encore passer le secrétaire de sa patronne. Mais ça, cela ne lui pose aucun embarras. Chaque jour, toujours à la même heure, le secrétaire particulier de Madame est aux toilettes. Nerveuse, elle sonne, patiente en cherchant à se calmer jusqu’à ce que la petite lampe verte l’autorise à pénétrer dans ce bureau, le palace de Madame comme Mathilde le surnomme. Et comme chaque lundi, Mathilde ne regarde que les pieds de Madame. Des pieds qu’en elle, Mathilde sanctifie. Et :
    
    - Mes hommages du matin, Madame la Présidente Directrice Générale, je vous apporte les dossiers du lundi. Dit-elle d’une ...
«1234»