1. Mademoiselle Daphnée visite le Manoir


    Datte: 10/06/2021, Catégories: fh, hplusag, fsoumise, hdomine, Voyeur / Exhib / Nudisme BDSM / Fétichisme Oral pénétratio, fsodo, journal, fsoumisah, vêtements, Auteur: Monsieur de Guermantes

    ... la lettre.
    
    Pour ce travail, elle portait une minijupe en cuir blanc, un modèle très court et moulant. Elle avait passé un chemisier blanc, à boutons de nacre. À ses mains, des gants de dentelle blanche, terminés sur les poignets par un petit volant. Ses cheveux étaient attachés à l’aide d’un ruban de satin laiteux.
    
    Ses jambes étaient rigoureusement divisées par une couture blanche. Les bas possédaient un large revers, apparent, d’un blanc uni, très pur. La minijupe, retombant quelques centimètres à peine sous les fesses, dévoilait les jarretelles de ce que je devinai être une guêpière. À ses pieds, des escarpins vernis, blancs, sans bride, munis de talons aiguilles de treize centimètres. Elle avait eu l’idée de mettre des petites socquettes très courtes, en dentelle, dont le motif et le volant copiaient très exactement ceux des gants ; elles recouvraient à moitié le talon cubain des bas. Elle portait au cou la chaîne qu’elle avait mise le jour de son arrivée, avec son inscription délicieuse :Salope. Sa bouche était soulignée au pinceau d’un beau rouge vif.
    
    Elle s’approcha de moi pour atteindre une étagère. Ingénue, elle se mit sur la pointe des pieds et commença à compter. La minijupe remonta sur ses hanches, déjà extraordinairement surélevées par les talons aiguilles ; le string en dentelle apparut immédiatement ; l’arrondi des fesses était à peine creusé par les jarretelles tendues. Plus bas, c’était l’écrin feutré de sa chatte recouvert de dentelle. Une forme ...
    ... oblongue, parfaitement moulée. Jamais je n’avais vu dentelle si luxueuse, sans doute faite à la main tant était délicate la finition sur sa fente. Et quel cul ! Je me levai.
    
    Daphnée me sentit arriver dans son dos. Son bassin prit une légère cambrure et se cala entre mes reins. Elle bougea en douceur son cul contre mon sexe raide. Puis elle se retourna.
    
    — L’inventaire est terminé, Monsieur. Je n’ai pas eu besoin de l’aide de Monsieur. Il pourra dormir cette nuit dans des draps de satin. La couleur rouge s’impose, Monsieur, me dit-elle d’un air engageant.
    — Oui, bonne idée.
    — Je reste à la disposition de Monsieur, pour les essayer. Je veux dire, pour les draps…
    
    Je la regardai. Elle était en train de rougir.
    
    — Oui, je comprends, Mademoiselle.
    — Et comme cela, nous pourrons, si Monsieur le désire, terminer la réunion de préparation de la journée de demain jusqu’au moment où Monsieur se mettra au lit.
    — C’est une idée.
    — Je pense à une tenue rouge pour ce service. Je suis très concentrée le soir, Monsieur.
    
    Ses yeux pétillaient. Ses lèvres étaient maintenant collées l’une à l’autre. Elle les desserra, sortit le bout de la langue dans un bruit humide et gras. Ses bras s’enlacèrent à mon cou. J’abandonnai mes mains sur ses hanches.
    
    — Daphnée, vous êtes incroyable ! Quelle merveilleuse salope vous faites !
    — Je suis la salope de Monsieur.
    
    Elle s’accroupit devant moi, fit sauter le bouton de mon pantalon et tira la fermeture-éclair. Contact huileux de ses lèvres ...
«1234...10»