1. Quand on veut on peut... (1)


    Datte: 10/06/2021, Catégories: Zoophilie, Auteur: Doglover5687

    ... nouvelle copine est franchie, la jument est toujours là à coté de moi, elle me renifle, je continue les caresses qu’elle semble apprécier, je ressens cette fameuse odeur chevaline que j’avais oublié et qui me rend un peu plus fébrile sous ce magnifique clair de lune, je m’approche de sa tête qui est tournée vers moi, me penche vers elle et lui offre un petit baiser sur le nez, je me redresse et nous nous regardons dans les yeux, un moment que jamais je n’ai vécu auparavant, entre nous le courant passe bien, et je ressens quelque chose de très spécial.
    
    Je reste sur mes gardes, il est minuit moins le quart il y a encore un peu de circulation, j’aperçois au loin une voiture qui ne me vois certainement pas, elle passe en plein phares, elle est au moins à 300 mètres, mais je ne prends pas de risque, je me baisse et attend qu’elle passe, deux minutes plus tard, j’aperçois la lueur de gyrophares bleus! Mon cœur se met à battre, ai-je été repéré? On s’attend toujours au pire dans cette situation, et ouf! Juste les pompiers qui passent...
    
    Je suis là depuis bientôt une heure, je ne vois pas le temps passer, une relation de confiance est bien installée entre moi et la jument, je continue de temps en temps à lui faire des mamours et à lui donner quelques morceaux de sucres, je décide alors de me diriger vers sa croupe, faisant bien attention de rester sur son flanc le plus éloigné possible de ses postérieurs, et je commence délicatement à effleurer sa douce vulve, va-t-elle ...
    ... se retirer? Gare à la ruade!
    
    Mais, à ma grande surprise, celle-ci lève légèrement la queue, je peine à y croire... je m’obstine un peu plus, et sa queue se lève de plus en plus, l’excitation commence à réellement me gagner, j’avais déjà vu comment réagissait une jument qui n’était pas réceptive à mes avances, j’y introduit tout doucement un doigt de façon à écarter un tout petit peu ses lèvres, sa queue se lève au plus haut point, aucun signe de refus, un léger rictus se dessine sur mon visage, je ressens cette douce chaleur et cette humidité au bout de mes doigts que j’introduis de plus en plus.
    
    La jument tourne la tête vers moi, je lui chuchote doucement : "dis-donc, tu as l’air d’aimer ça!" je suis raide, jamais je n’étais arrivé aussi loin avec une jument...
    
    Je la caresse et la gratifie de nouveau, je m’approche un peu plus, je réintroduis un doigt, puis un deuxième et je ressent la moiteur torride se dégageant de ce magnifique puits d’amour, je pose les yeux là où sont mes doigts, et je perçois une magnifique petite vulve noire tachetée de rose, ça y est, je ne regarde pas une vidéo là, je suis bel et bien en train de donner du plaisir à cette somptueuse jument, j’enfonce doucement mes deux doigts et à ma grande surprise, sa vulve cligna, exhibant son magnifique clitoris, elle y prend du plaisir, cette douce chaleur humide que je ressent du bout des doigts, les bruits de glissement de mes doigts contre ses chairs mouillées et ses contractions me font vibrer ...