1. Offerte à tous les hommes ... (1)


    Datte: 04/05/2021, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: sexyelfes

    ... j’étais bien ivre, ils s’amusaient avec moi. J’étais toujours prête à faire toutes les folies sexuelles imaginables.
    
    Un soir, ils étaient venus à quatre. L’un d’eux, qui me connaissait, avait emmené trois de ses connaissances du Maghreb. Ils me saluèrent sympathiquement, leurs mains suivant les courbes de mon corps. Quelques gorgées de Scotch plus tard, j’étais bien. Je passais de l’un à l’autre avec plaisir. Ils étaient virils et bien membrés.
    
    Après s’être bien vidés, peu avant minuit, ils décidèrent de m’emmener finir la soirée dans le bar d’un de leurs amis. Ils choisirent pour moi une petite robe que je passais sur mon corps couvert de sperme parfumé. Elle moulait mes seins et mes fesses. Je n’avais plus l’habitude de m’habiller après avoir vécu nue durant des semaines.
    
    Parvenus à l’autre bout de la ville, ils arrêtent le véhicule devant un petit bar de quartier peu reluisant. Heureusement, je connaissais bien l’un de mes partenaires, sinon je n’aurais pas été tranquille. Ils continuaient de me faire boire de l’alcool au goulot d’une bouteille qu’ils avaient emportée avec eux. J’étais littéralement anesthésiée. Je tenais tout juste sur mes jambes. Ils me soutenaient d’une main sous les fesses, les doigts enfoncés dans le cul, pour faire les quelques mètres qui nous séparaient de la porte d’entrée. Une fois à l’intérieur, je trouvais l’atmosphère enfumée presque irrespirable.
    
    Trois individus basanés discutaient affalés contre le comptoir. Le patron, imposant, ...
    ... la cinquantaine bien passée, une serviette d’un blanc douteux sur l’épaule, nous avait salués. En me détaillant de plus près, il leur avait demandé en riant d’où sortait cette salope. Ils s’expliquèrent rapidement pendant que nous prenions place dans un coin du bar. Des clients attablés ne perdaient pas une miette de l’histoire.
    
    Quelques verres de plus, et j’étais complètement ivre. L’un des acolytes s’est mis derrière moi pour me soutenir, une main fourrée dans ma chatte liquide. Tout en me pinçant les seins, il descendait ma robe sur les hanches. Je vibrais de plaisir. J’adore ce moment où je parais nue au milieu du monde ! Avec un bel ensemble, toutes les personnes présentes se sont approchées. Quelqu’un que je ne voyais pas tant ma vue était troublée par l’alcool, avait arraché ma robe. J’ai alors été allongée sur la toile cirée et collante d’une table. Le ballet des bites a commencé pour mon plus grand plaisir. Tous ces hommes me baisaient, m’enculaient, me donnaient leurs nœuds à sucer, et tous m’aspergeaient de leur foutre. Cinq, dix ? Je ne comptais pas. Je jouissais en permanence. C’est ivre de sperme et d’alcool, qu’ils m’ont emmenée sur ma demande aux toilettes. J’avais une envie folle de me vider.
    
    La chasse est cassée, avait dit le patron qui nous suivait pour profiter du spectacle.
    
    Ils m’ont assise sur la lunette à la propreté discutable. Il y avait partout de l’urine et du papier froissé. C’était dégouttant. Le ventre sous pression, je me laissais aller ...