1. Anomalie de la Nature (5)


    Datte: 07/04/2021, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: PassifChaud

    ... satisfaisant mes autres « amis » aussi.
    
    Baisé un max, et, privilège de la jeunesse, mon vagin restant toujours aussi ferme et profond, malgré les nombreuses intrusions qu’il recevait, je me suis épanoui enfin dans ma vie, en me forçant, toutefois à mettre de côté la passion qui me dévorait pour François.
    
    Bac en poche, je me suis inscrit en Fac de Langues (En équivalent de LEA aujourd’hui) et par dérogation spéciale au vu de mes notes, l’autorisation de conserver les trois langues, avec pour choix principal l’Allemand, pour lequel je vouais une réelle passion.
    
    Une fois toutes mes démarches effectuées, François est venu me chercher chez moi pour m’amener au ciné et au resto après. Il avait plein de choses nouvelles à me raconter. Enfin, je le retrouvais après plusieurs mois.
    
    Il avait trouvé du boulot dans une boite de prévention des risques, il était pompier volontaire depuis ses 17 ans, et il devait commencer quelques jours après. Il fallait toutefois qu’il trouve un appartement en ville, et il était là pour ça. Comme convenu avec mes parents, il resterait dormir chez nous le soir, après notre sortie.
    
    Assis au fond du ciné, rigolant du film comique projeté, ses mains se sont posées sur ma cuisse, remontant, et après un regard furtif sur la salle, ses lèvres se sont approchées des miennes, dans un baiser discret, puis, beaucoup moins ensuite.
    
    « Je ne cesse de penser à toi, Marc… »
    
    « Moi aussi François… Tu hantes mes pensées… »
    
    « Jamais je n’ai eu la ...
    ... moindre pulsion homo, mais toi… toi je t’ai toujours adoré, et du fait… comment dire, de ta particularité… J’ai fait l’amour à une « fille » pas à mon cousin »
    
    « Moi aussi François, et depuis que nous avons fait l’amour ensemble, le désir de toi s’est ajouté aux sentiments que je t’ai toujours porté. »
    
    J’ai posé ma tête sur ses épaules, sa main écartait mes cuisses, caressant ma chatte à travers mon short, son sexe montrant une bosse indécente dans son pantalon. Je me suis penché alors pour prendre l’objet de mes désirs dans ma bouche, François surveillait autour de nous, et les flots de sa liqueur divine ont envahi mon palais.
    
    Après la séance, nous nous sommes régalés d’une super pizza en nous lançant des regards chargés, brillants de désir.
    
    Rentrés à la maison, mes parents dormaient et fébrilement, nous avons rejoint ma chambre, heureusement à l’opposé de notre appartement, François dormait toujours avec moi quand il était chez nous. Il m’est impossible de vous décrire cette nuit, tellement elle fut belle, chargée d’amour, de manque l’un de l’autre, mais aussi de puissance sexuelle, François possédant mon corps de toute manière que ce soit, sevré de moi et moi de lui, depuis notre Weekend à la campagne.
    
    Il avait une voiture, et le lendemain, au petit déjeuner il a simplement annoncé qu’il m’amenait en ballade, sous prétexte que j’avais besoin de décompresser.
    
    Un dimanche merveilleux, dans les bras de mon homme, me donnant à lui à chaque fois qu’il en éprouvait ...
«1234...8»