1. Ma dernière soirée au Cap


    Datte: 22/02/2021, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Le Matou libertin

    ... taillait une plume !
    
    Bon ce n’était pas mon problème…
    
    Mes yeux se sont posés sur la bite qui sortait du trou en face de moi…
    
    Waouh… un beau morceau… le gland décalotté par l’absence de prépuce faisait au moins cinq centimètres de diamètre et se détachait bien d’une queue bistre ou noire… La lumière atténuée ne permettait pas d’en distinguer plus…
    
    Elle pendait dans l’orifice, semblant attendre qu’on veuille bien s’intéresser à elle…
    
    J’étais à nouveau partante après une petite pose…
    
    Quand je l’ai prise en main, elle m’a semblée lourde mais surtout longue… Après quelques manipulations à deux mains sur cette hampe et les couilles qui pendaient en dessous, elle a commencé à prendre du volume et de la consistance…
    
    Humm… un beau morceau dont je gobai aussitôt le gland, agitant ma langue dans ma bouche pour agacer le méat et le frein…
    
    Pas besoin de me faire un dessin… J’avais tellement gobé des queues depuis que mon copain de lycée m’avait sautée et enseigné ce que toute femme devrait savoir, que le bout de ma langue semblait doué d’une vue pour aller faire plaisir aux mecs !
    
    Mais là, malgré ma bonne volonté, une gorge profonde était impossible…
    
    La bite du mec en face de moi ressemblait en longueur et grosseur à celle d’un célèbre italien acteur de film X.
    
    Qu’à cela ne tienne, je possédais assez de ressource pour lui donner satisfaction…
    
    Je léchais avec application le gland puis j’enfournais le maximum de ce chibre dans ma bouche et je le ressortais en le comprimant entre mes lèvres… et je recommençais en n’oubliant pas de masser des bourses qui me semblaient également hors norme…
    
    Je sentais le sang pulser le long de la colonne de chair et j’entendais les grognements de satisfaction du mec…
    
    C’était chaud… Je pensais que si j’avais cette bite dans la chatte ou le cul, je prendrais un pied du tonnerre !
    
    Soudain le mec derrière la cloison s’est écrié qu’il allait venir…
    
    Je ne voulais pas en perdre une goutte… je me suis reculée, bouche ouverte, j’ai achevé de le masturber pour le faire cracher… Qu’est-ce qu’il m’a mis…
    
    J’en avais plein sur la langue, des trainées de foutre dégoulinaient dans mes cheveux, sur mes joues, sur mon buste…
    
    Et de quatre… mais j’avais besoin d’une douche…
    
    Lorsque je suis revenue dans ce fameux couloir, il y avait trois autres filles occupées à pomper les dards qui s’offraient et une quatrième qui offrait ses fesses à une queue sortie du trou…
    
    Certainement n’avait-elle pas envie de voir qui la baisait !
    
    Celui devant lequel j’avais officié jusqu’à maintenant était libre…
    
    J’ai repris ma place, à genou sur un coussin et un sexe n’a pas tardé de se montrer…
    
    On aurait dit que le mec attendait que je revienne…
    
    Lorsque la séance s’est terminée – j’avais mal aux mâchoires et je me sentais barbouillé tant j’avais avalé de foutre – j’avais perdu le compte après le quinzième mec…
    
    J’en avais assez…
    
    A moitié dépenaillée, des traces gluantes un peu partout, je me suis ...