1. Hôtel de la Plage, chambre 212


    Datte: 13/01/2021, Catégories: Dans la zone rouge, Auteur: Markpm

    ... les yeux couverts, Julie entendit une clé magnétique passer dans la porte, et celle-ci s'ouvrir. Un frisson la parcourut lorsqu'elle entendit plus d'une paire de pieds s'avancer vers elle. Combien étaient-ils ? Aucune idée. Et pour l'instant, Julie n'en avait que faire. Il semblerait que Fabien ait décidé de lui faire vivre son fantasme, et elle comptait bien en profiter. Un nouveau frisson la parcourut lorsqu'une main attrapa son menton puis caressa sa joue.
    
    — Bonjour Julie, fit une voix assurée.
    
    — Bonjour, répondit-elle. Fabien ?
    
    — Moi-même. Je ne suis pas venu seul, tu l'as peut-être compris. Je te demanderais de ne poser aucune question. Compris ?
    
    — Oui.
    
    — Bien.
    
    Julie se surprenait elle-même. Comment pouvait-elle à ce point faire confiance à un parfait inconnu ? Un inconnu dont elle sentait la main glisser sur son cou, jusqu'à l'un de ses seins, dont les pointes étaient déjà dures. Une autre main lui saisit l'autre sein. Mais était-ce celle de Fabien ? Elle n'en savait rien, et l'idée l'excitait terriblement, elle sentait un torrent se former entre ses cuisses. Ses mains furent ensuite attachées dans son dos.
    
    — Comme ça, je suis sûr que tu ne tricheras pas, lui dit Fabien.
    
    Julie ne répondit pas, se contenta de sourire. Deux doigts frôlèrent ses lèvres, pénétrèrent sa bouche, glissèrent le long de sa langue. Ce simulacre de fellation dura une minute, avant que les doigts ne se retirent, et soient remplacés par un gland visiblement gorgé de sang. Julie soupira, ouvrant sa bouche en grand, prête à accueillir le membre. Celui-ci ne se fit pas prier. Comme les doigts auparavant, il glissa le long de sa langue, jusqu'à l'entrée de sa gorge. Julie n'opposa aucune résistance. Dans ses échanges avec Fabien, elle lui avait donné son pedigree, comme elle l'avait dit elle-même. Aussi, il savait que Julie aimait la fellation, qu'elle soit douce ou brutale. Elle sentit alors deux mains sur son crâne, et le sexe pénétra profondément dans sa gorge. Julie s'étouffa et toussa, mais elle était habituée et se laissa faire. Après s'être enfoncé entièrement dans sa bouche, l'homme resta un instant planté en elle, ne se retirant que pour la laisser respirer. Julie reprit son souffle, sentant la salive couler sur son menton. Elle n'eut cependant que peu de répit, le sexe revint à l'assaut, et se planta à nouveau de sa gorge. Elle se laissa ainsi baiser, tandis qu'une troisième main se posait sur son sein et pinçait son téton sensible. Une quatrième glissa sur son ventre, jusqu'à ses hanches, puis entre ses cuisses, sur son sexe brûlant. Malgré le sexe dans sa bouche, Julie ne put s'empêcher de pousser un gémissement. Sa cécité passagère lui permettait de se concentrer sur d'autres sens, et notamment sur le toucher. Chaque doigt posé sur elle était capable de la mener à l'orgasme en un instant. Une cinquième main attrapa son deuxième sein. Ils étaient donc trois. Au minimum. Julie poussa un nouveau gémissement de contentement.
    
    Les mains sur ...
«1234...»