1. Carole


    Datte: 13/01/2021, Catégories: fh, extracon, revede, Auteur: Seommane

    Un petit vent se leva dans la campagne de Montarlieu ; une brise qui ondoyait dans les herbes se rapprochait d’une petite maison ravissante. Le souffle d’air qui pénétra par la petite fenêtre se mélangea à la fumée ambiante, tourbillonna, formant une silhouette diaphane devant la petite lampe. Les yeux de Carole revinrent immédiatement vers son époux. David, l’œil brillant, tirait allègrement sur un joint avant de le passer à Sylvain juste à côté. Carole était amusée par la scène : cela faisait longtemps que David n’avait pas touché à un pétard ; au moins cinq ans. Elle le taquina :
    
    — Tu vas être beau, ce soir !
    — T’inquiète, Carole, je gère.
    
    Sylvain inspirait de larges bouffées, faisant briller le bout incandescent du joint. La fumée se répandait autour de la table, laissant une odeur douceâtre dans l’air. C’était la fin du repas ; les trois convives avaient fait bombance et appréciaient la fin de ce repas savoureux. Une musique douce emportait tout le monde vers une douce béatitude. Carole prit le joint que lui tendait Sylvain ; elle ne sut pas quoi en faire et finit par aspirer la fumée âcre et douceâtre. La fumée s’insinua doucement en elle, laissant un goût suave dans la bouche. Carole s’enivra de l’odeur, doucement, fermant les yeux, appréciant le très léger dérèglement des sens qui suit la première inspiration. Carole profita d’une autre bouffée, puis tendit la fin du pétard à David.
    
    La musique résonnait dans le silence de la pièce, chacun appréciait le moment présent. Cela faisait presque dix ans qu’ils n’avaient pas vu Sylvain, qui s’était exilé dans le sud de la France pour suivre sa jeune épouse. Chacun avait continué sa vie de son côté ; Sylvain et David s’appelaient de temps en temps, et ils n’oubliaient jamais la carte de vœux en début d’année. L’année passée, Sylvain s’était séparé de sa femme, Julie, et il était revenu dans la région. Il n’avait pas changé : juste les tempes un peu grisonnantes, mais il avait toujours son visage d’enfant espiègle et ses yeux d’un bleu profond. Carole le trouvait même plus séduisant maintenant qu’à l’époque.« Il a muri ; il a été blessé par sa rupture d’avec Julie. »
    
    Carole avait connu David et Sylvain en même temps ; ils étaient inséparables. Elle était tombée profondément amoureuse du premier, Sylvain étant à l’époque un jeune homme trop sûr de lui pour lui plaire.« Le genre playboy, très peu pour moi ! » L’homme assis en face d’elle n’était plus le même ; il se dégageait de lui une sorte de mélancolie, une tristesse qu’elle ne lui connaissait pas.« Je ne m’inquiète pas pour lui : un mec mignon comme lui, il trouvera chaussure à son pied en un rien de temps. »
    
    Carole dévisagea son époux qui discutait d’une voix tranquille avec Sylvain.« Ils se ressemblent beaucoup : les même intonations, la même corpulence, la même gestuelle. » Elle remarqua quand même que l’effet de l’alcool se faisait sentir chez son mari ; sa voix se faisait plus forte, il cherchait ses mots.« Il s’est jeté sur ...
«1234...»