1. Confiance et liberté


    Datte: 17/10/2020, Catégories: fh, couplus, cocus, hotel, Voyeur / Exhib / Nudisme pénétratio, confession, cocucont, Auteur: Tito40

    ... pelle à un mec dans la rue, avec son mari à côté. Moi le jaloux maladif, ça m’a plongé dans une perplexité totale.
    
    Ils ont fait quelques pas avant de franchir la porte d’un hôtel, me laissant à mes pensées.
    
    Une heure et demie après, alors que je grelottais sur un banc public, j’ai vu le jeune type sortir l’air guilleret. Le couple est sorti quelques minutes plus tard, enlacé, arborant toujours l’image du couple parfait. Je suis reparti hagard, perdu dans des conjectures interminables, j’en ai perdu le sommeil.
    
    Il fallait que je comprenne, alors je suis allé sur internet. Facile. J’ai navigué sur quelques forums qui donnent un nom à cette activité. Ce n’est pas de l’échangisme puisqu’il n’y a qu’un homme de plus que le mari, mais du candaulisme. Me voilà bien avancé. Des hommes aiment voir leur femme avec d’autres hommes, ça les excite, ils en rêvent, ils poussent leur femme à faire ça devant eux et surtout, ne trouvent leur compte que si leur femme prend du plaisir avec leur ou leurs amants. Plus la femme prend du plaisir et plus ils sont contents. Incroyable que ça puisse exister.Il y a des malades mentaux qui s’ignorent, me suis-je dit.
    
    Je me suis alors repassé le film de ma vie ratée avec Juliette. Si j’avais été comme ce mec, évidemment que ma vie aurait été très différente. Si comme ces « candaulistes », j’avais pu fantasmer en imaginant ma femme avec un ou plusieurs autres hommes, peut-être en aurait-elle profité pour me cocufier à tout va. Et voilà que j’étais reparti dans mes colères, contre elle, mais surtout contre moi-même.
    
    Quelques semaines plus tard, j’ai profité d’une place qu’on m’avait offerte pour un match de rugby. Belle affiche, même si je ne suis pas connaisseur, et surtout j’avais accès aux loges. Le standing. Champagne, petit fours, serveuses sexy. Belle ambiance. J’ai un peu galéré pour trouver l’entrée des loges mais à mon arrivée, j’ai été sidéré. Au bar, là devant moi, le mec et sa femme. Ils sirotaient une coupe en discutant, toujours souriants, se touchant tantôt la main, tantôt le bras. Quel beau couple. Comment imaginer que cette femme s’était fait un petit jeune sous le nez de son mari consentant quelques jours plus tôt, et peut-être même l’avait-elle fait aujourd’hui encore. Je me suis mis à l’imaginer la chatte gluante de sperme, attribuant son sourire enjôleur au pied qu’elle venait de prendre. Et curieusement, j’en étais « tout chose ».
    
    J’ai pris mon courage à deux mains alors que je suis d’un naturel plutôt timide, et je me suis installé juste à côté d’eux. Je voulais les voir des près et, pourquoi pas, écouter leur conversation, sentir leurs odeurs.
    
    À peine étais-je arrivé au comptoir que le type m’a regardé et m’a tendu une main ferme.
    
    — On se connaît, non ?
    
    J’ai marqué un temps d’arrêt, ne comprenant pas ce qui m’arrivait. Il avait dû me confondre avec quelqu’un d’autre. Sa femme s’est retournée à son tour et m’a gratifié d’un sourire électrisant. Elle aussi m’a tendu sa main et ...
«1234...»