1. Educatrices Ch. 10


    Datte: 16/09/2020, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byCoulybaca

    ... frisés de son pubis.
    
    L'angle qu'elle avait adopté permettait au jeune voyeur de se régaler de toute la surface de la cicatrice féminine qui baillait insolemment, se lus-trant petit à petit d'une cyprine luisante.
    
    Ses yeux ne quittèrent la chatte complaisamment offerte que pour s'an-crer sur le téton dardé qui fleurissait dans l'échancrure de son corsage.
    
    Elle sentait le regard caresser le tendre volume, exacerbant son raidis-sement et son envie.
    
    Alors que de petits élancements, pointes de feux couraient sur ses aréo-les, oppressée, elle comprit qu'elle ne pouvait plus longtemps garder la pose sans risquer d'alarmer ses chérubins.
    
    Lascivement elle se tourna vers le jeune mƒle affolé, d'instinct il tendit les bras, pour l'aider à descendre de son piédestal.
    
    Comme par inadvertance, sa main s'engouffra dans la fente de la jupe, il lui prit les fesses à pleines mains, s'imprégna furtivement de leur chaleur avant de les abandonner vivement , comme brûlé à leur contact.
    
    Francis n'en croyait pas ses sens, il sentait qu'elle s'était offerte, certai-nement dans un instant d'égarement.
    
    Dans son inexpérience il avait compris qu'elle était bonne à cueillir, et pourtant il n'osait encore y croire.
    
    Résolu à se ménager le temps de la réflexion, il enjoignit d'un geste aux enfants de le suivre.
    
    --Allons y... Dit il, l'abandonnant échevelée sur le pas de porte.
    
    Titubante, encore sous l'impact de ce désir clairement exprimé et ses propres envies, elle s'affala plus qu'elle ne s'assit sur le canapé du salon.
    
    Furieusement, sa main glissa entre ses cuisses largement disjointes, et trois doigts dans le vagin, elle se masturba avec rage.
    
    Le clapotis de son vagin inondé ne cessa que lorsque tétanisée par l'orgasme elle feula un long râle de bonheur.
    
    Molle, le ventre encore parcouru de frémissements nerveux, elle sombra dans une somnolence réparatrice.
    
    Toute engourdie, elle se laissa envahir par de troubles rêves éveillés, elle se retrouvait au temps ou elle forniquait avec ses jeunes amants.
    
    Miloud se plantait avec vigueur dans ses fesses qu'elle agitait d'ailleurs de façon spasmodique, entretenant ainsi son plaisir, alors qu'elle aspirait à pleine bouche le jus acre de Stephan.
    
    Peu à peu, l'image se troubla, évolua et bientôt le visage de Francis remplaça celui de Miloud, celui de Stephan s'estompa à son tour et ce ne fut plus qu'au jeune voisin qu'elle se livra avec chaleur.
    
    Un cri de jouissance la tira de sa torpeur, elle réalisa alors que ce cri émanait de sa propre gorge, toute à sa rêverie, elle avait repris les ma-nipulation fiévreuses de son sexe elle venait tout bonnement d'arracher un deuxième orgasme à son corps embrasé.
    
    Le reste de l'après midi, elle évolua comme dans un rêve, consciente que, malgré elle son corps et son âƒme aspirait à se soumettre à nou-veau, et qu'inconsciemment elle avait déjà choisi de plier sous la férule d'un nouveau maître juvénile.
    
    Elle s'étonnait de ne pas avoir ressenti ...
«1234...9»