1. Sous l'emprise de la drogue


    Datte: 13/09/2020, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byCoulybaca

    ... dans la bouche et j'avalais machinalement le jet d'or avalant l'ensemble de sa mixture. C'était incroyable, jamais je ne m'étais livré à des actes aussi dégradants! Le goût de l'amère breuvage me révulsait, j'aurai voulu la repousser, mais j'étais toujours paralysé, incapable de révolte.
    
    Une trentaine de secondes plus tard le flot d'urine se tarit et elle se redressa.
    
    Au lieu de me réconforter, elle ressortit dans le square, l'écran face à moi s'obscurcit alors que les dernières gouttes de foutre mélangées à l'urine me coulaient dans la gorge.
    
    Chapitre 2 : la librairie
    
    Je restais assis face à l'écran vide, l'immonde goût du foutre en bouche.
    
    Après quelques minutes, l'écran s'anima, transmettant une scène de rue alors que Tanya hélait un taxi.
    
    Je n'entendais pas ce qu'ils disaient, mais je la vis s'installer sur le siège passager et discuter avec le chauffeur.
    
    L'homme qui nous contrôlait lui avait dicté les bons mots, puisque le chauffeur de taxi lui sourit et hocha la tête, tout de suite le véhicule disparut, je me demandais si je reverrais ma petite amie!
    
    S'en suivit une longue attente de plusieurs minutes, il me sembla que cette attente dura des heures. Il ne dut pourtant se passer qu'une dizaine de minutes avant qu'une autre caméra de rue me montra arriver le taxi.
    
    Cette fois la caméra se tenait en contrebas, elle montrait le visage barbu du conducteur alors que Tanya plongeait sous le tableau de bord. Sa tête descendait et montait sur la bite tendue du chauffeur, un sourire extatique éclairait son visage.
    
    Cela ne prit que quelques minutes avant qu'il n'immobilise sa tête quelques instants.
    
    Elle se redressa alors, un filet de foutre pendant de sa lèvre inférieur pour venir s'étaler sur son menton.
    
    Elle le nettoya de la pointe de la langue, savourant avec lubricité le foutre avant de faire arrêter le taxi.
    
    La rue dans laquelle elle se trouvait était fréquentée par de nombreux noirs, qui stationnaient devant les échoppes je me demandais ce qui allait se passer.
    
    Elle se dirigea tout droit vers une petite porte, dès que la caméra zooma sur le magasin je vis qu'il s'agissait d'un sex-shop.
    
    Il y avait quelques clients à l'intérieur et deux colosses noirs au comptoir qui la regardaient entrer en détaillant ses charmes.
    
    Tanya claqua la porte dans son dos et se dirigea droit sur le comptoir siégeant au milieu de la pièce.
    
    Le plus vieux des deux hommes, la quarantaine bien tassée, ouvrit à moitié la porte en s'approchant d'elle, j'avais l'impression qu'il avait l'habitude ce genre de situation.
    
    Il l'empoigna et lui roula un patin passionné sous l'œil indiscret de la caméra, sa langue envahit sa bouche sans qu'elle manifeste de résistance tout en lui écrasant rudement les nibards contre son torse.
    
    Il lui palpa brutalement la croupe tout en frottant son entrejambe contre sa bite tendue.
    
    Après une bonne minute, il la prit par la main et l'entraîna dans un corridor s'ouvrant dans le dos du ...
«1...345...11»