1. Révélations


    Datte: 01/08/2020, Catégories: fh, ff, fsoumise, hdomine, soubrette, noculotte, intermast, pénétratio, fsodo, fouetfesse, journal, Auteur: ChrisetPit

    ... ouverte et les yeux dans le vague. J’ai sans doute stoppé la montée de son orgasme, mais il est toujours là qui la travaille. Sans la gifler vraiment, je lui tapote la joue ; son regard redevient vivant et se fixe sur moi. Elle se redresse, décroise les jambes lentement, comme à regret et rougit à nouveau.
    
    — Je suis toute collante, maintenant. Tu vas finir de me nettoyer avec ta langue.
    
    Après un instant d’incompréhension, son visage s’éclaire, si sa bouche n’esquisse qu’un sourire, ses yeux rient franchement comme si je lui faisais un cadeau. Elle commence par me lécher l’épaule. La sensation est très curieuse, chaude et humide. Elle me lèche comme un chien, la langue très large avec un coup de tête à chaque fois. Arrivée en haut du sein, elle hésite. La langue se fait plus douce, plus caressante, cherchant manifestement plus à me faire plaisir qu’à me nettoyer.
    
    Pendant tout ce temps, je l’examine. Je vois ses cheveux blonds tirés en arrière en un chignon strict, son cou gracile parsemé de petits cheveux follets, le col Mao de son corsage noir qui, tiens ! est boutonné par-derrière. Je n’avais jamais remarqué…
    
    Sa langue sur mon mamelon me fait tressaillir. C’est bon ! Mais il ne faut pas que je me laisse aller, ce n’est pas encore le moment si je veux arriver à la dominer. Je lui prends la tête et, doucement, l’éloigne de moi. La déception se lit sur son visage.
    
    — Laisse, maintenant. C’est bien, la douche effacera le reste. Donne-moi le plateau, que je puisse déjeuner.
    
    Après m’avoir placé le plateau sur les genoux, elle se retourne et va pour sortir.
    
    — Où vas-tu ? Viens là, à côté du lit, j’ai à te parler !
    
    Piteusement, elle fait demi-tour et, les mains derrière le dos, elle baisse la tête et attend.
    
    — Dis-moi, Hélène, depuis combien de temps es-tu à mon service ?
    — Depuis onze ans, Madame. J’avais seize ans et demi quand je suis arrivée.
    — Mmmm oui, c’est vrai. Et le service ici te plaît ?
    — Oh oui, Madame !
    — Alors, pourquoi m’as-tu suivie hier ?
    
    Subitement, je la vois se refermer, l’air buté. Tranquillement, je me tartine un toast, puis je la regarde :
    
    — Tu ne veux pas répondre ? Bien ! Retire ta jupe.
    
    Voir son ahurissement est un vrai plaisir. Elle relève la tête brusquement et, la bouche ouverte, me regarde avec des yeux fous. Je continue :
    
    — Oui, Hélène, j’ai décidé ! À chaque fois que tu refuseras de répondre ou que tu mentiras, tu retireras un vêtement. Alors, retire ta jupe.
    — Mais…
    — Trop tard, tu retires ta jupe. Tu répondras après !
    
    Ses yeux papillotent, elle a toujours la bouche ouverte. La pauvre petite est complètement désorientée. Au bout d’un instant, ses mains montent jusqu’à sa ceinture ; le mouvement fait ressortir sa poitrine qui semble fort jolie. J’entends le bruit d’un zip puis la jupe noire glisse sur ses cuisses et tombe sur le sol. Elle l’enjambe, se baisse, la ramasse et, après un coup d’œil circulaire, me regarde, interrogative.
    
    — Pose-la sur la chaise, ...
«1234...12»