1. Révélations


    Datte: 01/08/2020, Catégories: fh, ff, fsoumise, hdomine, soubrette, noculotte, intermast, pénétratio, fsodo, fouetfesse, journal, Auteur: ChrisetPit

    ... en me regardant par en dessous, elle dégrafe son soutien-gorge et fait glisser sa culotte à ses pieds. Elle se retourne et va poser les sous-vêtements sur la chaise ; elle a de magnifiques fesses, rondes et musclées. Quand elle se retourne, elle a pudiquement une main sur le pubis et l’autre avant-bras sur la poitrine.
    
    — Désobéissante ! Les mains dans le dos, vite !
    
    Elle obéit dans un sursaut. Elle est nue devant moi, les larmes continuent de perler au travers de ses paupières fermées. Je peux la détailler à loisir. C’est une belle femme, un peu potelée peut-être, mais avec de magnifiques seins ronds, fermes, plantés très haut et aux bouts turgescents, un petit ventre rebondi à l’air douillet, un pubis habillé de poils blonds presque transparents et des lèvres gonflées, luisantes d’humidité. Une idée lubrique me vient soudainement en tête ; je lui demande d’approcher et, à l’aide d’une petite cuiller, je lui barbouille les seins de confiture d’orange, ma préférée.
    
    Stoïque, elle attend, rigide que j’aie fini. Après quelques instants, je lui demande de se baisser pour que puisse la lécher. Elle s’exécute froidement, sans état d’âme apparent. Je m’assois sur le bord du lit, la prends par les aisselles pour l’amener vers moi et commence à me régaler de la confiture étalée. Malgré son attitude impassible, je la sens frémir. Lorsque j’arrive à la frontière de l’aréole, elle ne parvient pas à réprimer un frisson qui la secoue tout entière. Et quand ma langue frôle le téton, sa respiration devient courte, oppressée. Mes mains ne restent pas inactives, elles touchent, palpent, prennent possession de la douceur de sa peau. Au moment où mes doigts attrapent l’autre téton et le font rouler, ses jambes se mettent à flageoler, à trembler puis se dérobent sous elle, de telle façon qu’elle s’écroule sur moi dans un râle.
    
    Je l’allonge alors sur mes genoux et commence à la fesser en répétant comme une litanie :
    
    — Désobéissante, désobéissante !
    
    Au fur et à mesure de mes coups, ses gémissements deviennent de plus en plus aigus et puissants. Brusquement, tout son corps se raidit et se met à vibrer, tendu en arc pendant qu’un long cri de jouissance s’échappe de ses poumons. Elle s’écroule enfin, totalement relâchée. Son bassin est toujours sur mes genoux, son corps repose sur le lit et ses jambes pendent, toujours agitées de petits spasmes, reliquat du violent orgasme qui vient de la ravager.
    
    J’aimerais continuer à la faire jouir. Ces fesses exposées, cet entrejambe ruisselant, gluant de la liqueur de son plaisir me tentent. Mais il faut que je résiste si je veux lui apporter plus qu’une jouissance sexuelle, le bonheur indicible d’être soumise. J’attends que sa respiration s’apaise puis, calmement, je lui demande de se relever.
    
    Encore un peu essoufflée, elle se dandine d’un pied sur l’autre, manifestement frustrée et inquiète de la suite :
    
    — Ce que tu viens de vivre n’est qu’un tout petit plaisir à côté de ce que tu pourras vivre si tu ...
«1...345...12»