1. Révélations


    Datte: 01/08/2020, Catégories: fh, ff, fsoumise, hdomine, soubrette, noculotte, intermast, pénétratio, fsodo, fouetfesse, journal, Auteur: ChrisetPit

    Journal intime
    
    Résumé des épisodes précédents : Anne-Céline Breillois de la Longinière, grande bourgeoise plutôt frigide, épouse de François-Xavier dirigeant d’une grosse entreprise internationale, est en vacances sans son mari ni son fils dans son château en Dordogne. Prise en flagrant délit de voyeurisme par Adrien, son chauffeur, elle tombe sous la domination de celui-ci. Au travers de sa soumission, elle commence à découvrir les plaisirs sensuels.Au cours d’un déplacement en ville, ils achètent un certain nombre de « jouets » sexuels, en particulier des plugs pour lui assouplir l’anus. Elle doit porter ces objets en permanence. Alors qu’il l’examine, Adrien lui apprend qu’Hélène, sa femme de chambre, la suit partout et l’a vue se promener nue.Lors d’une soirée dans une boîte échangiste, Anne-Céline, les yeux bandés, découvre de nouveaux plaisirs : l’exhibitionnisme, les caresses saphiques et l’amour en groupe. Ses orgasmes sont tellement puissants qu’elle s’évanouit. Adrien la ramène au château.
    
    Samedi 10 juillet – midi
    
    Comme je le lui avais demandé hier, Hélène me réveille à 10 h 30. Elle a ouvert les rideaux en grand mais je dois dormir profondément car elle est obligée de me caresser la joue pour que j’ouvre péniblement un œil. Des courbatures et mon sexe encore un peu tuméfié me rappellent la soirée que je viens de vivre et, souriant à cet excellent souvenir, je m’assois pour accueillir le plateau du petit déjeuner que me présente Hélène. En la voyant, les révélations d’Adrien me reviennent en mémoire.
    
    — Au fait, Hélène, pourquoi m’as-tu suivie hier ?
    
    Surprise, elle trébuche, redresse le plateau de justesse mais, dans la vivacité du mouvement, une coupelle de confiture de fraises glisse et me tombe sur l’épaule. La confiture se répand sur moi et dégouline jusque sur mon sein droit. Subitement, une colère irraisonnée me prend et je gifle la pauvre fille en lui jetant :
    
    — Petite idiote ! Tu ne pouvais pas faire attention ?
    
    Elle reste là devant moi, ahurie, puis je la vois se plier et croiser les cuisses en haletant. Je reconnais, j’ai vécu cela il y a peu de temps, c’est un orgasme qui monte. Serait-elle, comme moi, prête à jouir de soumission ? Cette situation m’ouvre de nouveaux horizons : moi, dominatrice ?
    
    — Eh bien, qu’attends-tu ? Essuie-moi, voyons !
    
    En pleine confusion, elle pose le plateau, cherche une serviette puis, tout à coup, dénoue son tablier blanc et commence à torcher la confiture étalée sur ma peau. Quand elle prend conscience qu’elle est en train de me bouchonner le sein, elle retire sa main brusquement et rougit jusqu’à la racine des cheveux. De ma voix la plus sévère, j’insiste :
    
    — Qu’est-ce qui te prend ? Continue, petite sotte !
    — Mais…
    — Tu as peur de me toucher le sein, mais pourtant, hier, tu te cachais pour le voir…
    
    Je lui prends sèchement son linge et je finis de m’essuyer. Elle est de nouveau pliée en deux, les cuisses toujours croisées, respirant bruyamment par sa bouche ...
«1234...12»