1. Femme sérieuse devient soumise... à cause d'une envie pressante (1)


    Datte: 02/07/2020, Catégories: BDSM / Fétichisme Auteur: Zalava

    -- ATTENTION HISTOIRE FICTIVE POUR LECTEURS AVERTIS --
    
    Un dimanche après-midi. Une petite ville de province. Une furieuse envie de faire pipi. Et rien en vue pour me soulager. Voila comment tout a commencé.
    
    Faute de mieux, je commence à m'accroupir entre 2 voitures garées dans une rue déserte. Un dernier coup d'oeil avant de descendre ma culotte, et...
    
    - Eh la p'tite dame. Vous seriez pas mieux à l'intérieur ?
    
    Mais c'est déjà trop tard. Mon envie est tellement intense que non seulement je n'arrive pas à me retenir, mais en plus avec la grosse qui m'a surprise en ouvrant sa fenêtre à 2 m de moi, je n'ai pas eu le temps d'ôter ma culotte.
    
    Bref, me voila fasse à elle, la jupe retroussée, en train de pisser à travers ma culotte qui s'imbibe de mon urine ! Et comme je me suis vraiment trop retenue, impossible de m'arrêter.
    
    Et l'autre qui se marre, en plus :
    
    - Oh, mais en voilà un gros pipi ma p'tite dame !
    
    Je lui en foutrai des "ma p'tite Dame".
    
    Je baisse la tête de honte tandis qu'elle continue de parler... puis la relève d'un coup quand je comprends qu'elle s'adresse à quelqu'un d'autre.
    
    - Tiens reluque un peu ça mon Jean-Luc !
    
    Eh le voila qui se pointe lui aussi à la fenêtre le Jean-Luc ! Son regard éberlué fait vite place à un regard bien salace :
    
    - Elle est bonne en plus la pisseuse ! J'lui mettrai bien ma grosse bite dans sa connasse !
    
    Et tandis que je reste impuissante à pisser bêtement, il sort son engin. Et qu'elle engin ! Et il grandit encore alors qu'il se branle devant moi.
    
    Pourquoi j'arrive pas à dévier mon regard de ce gourdin. Pourquoi ai-je tout d'un coup une drôle de sensation entre les cuisses. Même la grosse s'en aperçoit...
    
    - On dirait qu'elle la kiffe, ta bite, Mon Jean-Luc !
    
    Jean-Luc est toujours à la fenêtre en train de se branler sous mes yeux. La grosse disparaît tandis que le jet se tarrit enfin entre mes cuisses. Je me sens toute chose. Je prends appui sur les parechocs des voitures pour me relever.
    
    Je suis debout, ma culotte trempée de pisse, une boule d'excitation au ventre face à ce sexe dressé. La porte d'entrée s'ouvre. La grosse vient vers moi toute souriante.
    
    - bah faut pas rester comme ça, ma p'tite Dame. Mon Jean-Luc, y va s'occuper d'vous !
    
    Je ne suis pas comme ça d'habitude, assez peu portée sur la chose en fait. Et pourtant, à ce moment là, je n'ai plus qu'une seule idée en tête. Cette queue dressée, au creux de ma chatte. Je suis sans doute rouge pivoine, mais incapable de lutter contre ce désir subit, je me laisse faire quand la grosse me prend par le bras et me fait rentrer chez elle.
    
    Jean-Luc a juste refermé la fenêtre. Son pantalon sur les chevilles. Sa verge au garde à vous. La grosse me pousse direct vers lui.
    
    - Allez, suce le ma belle !
    
    Ce n'est pas cela que je veux. Je n'ai envie qu'une d'une seule chose, me faire prendre et disparaître loin d'ici, loin d'eux. Mais la grosse me laisse pas le choix. Voyant que je ne bouge pas, elle ...
«1234»