1. Une pause lecture au parc (1)


    Datte: 30/06/2020, Catégories: Hétéro Auteur: Créatif21

    ... faire nuit, il commence à faire frais, et seuls les lampadaires permettent d’y voir quelque-chose.
    
    Quand soudain une main lui caresse l’épaule...
    
    Figée, Iléana ne se retourne pas, car elle sait que c’est lui. Elle sent son souffle sur sa nuque, puis un baiser langoureux dans le cou la fait chavirer. Elle saisit la main inconnue, et la pose sur son sein droit qui commence alors à se faire caresser…la paume en suit le galbe, puis s’aventure dans le décolleté, avant de venir de manière inattendue effleurer le téton, qui pointe déjà sous l’emprise du désir. L’autre main s’est aventurée dans le dos, et avec une dextérité surprenante, ouvre la fermeture éclair située à l’arrière de la robe, puis sans crier gare, dégrafe le soutien-gorge. La première main se fait de plus en plus hardie, empaume délicatement le sein désormais nu, alors qu’un pouce humecté titille ce téton qui n’y tient plus. Iléana en gémit de plaisir, son sexe appelant à l’aide…Elle prend le temps de savourer ce désir, quand une autre envie subite l’envahit…une envie de rendre ce plaisir, de rendre cette excitation si inattendue et si délicieuse…
    
    Elle se retourne alors sur son banc et sans prévenir, sa bouche, parvenue à hauteur des hanches de l’inconnu, embrasse à travers le jogging une protubérance déjà prometteuse…L’homme, surpris, pousse à son tour un petit gémissement de désir, et regarde de haut cette bombe qu’il ne pensait pas si entreprenante quelques heures plus tôt. Elle ne manque pas de lui renvoyer un regard provocant, caressant ses boules à travers le pantalon, et contemplant le résultat. Mais elle n’a plus envie de jouer. Maintenant c’est sa main à elle qui montre son habileté. En un instant, l’inconnu se retrouve avec le jogging sur les chevilles, le caleçon baissé, sa bite au chaud dans un divin étui humide. Il ne peut contenir un cri rauque. Iléana s’empare de ce signal pour s’amuser à sortir de sa bouche cette queue, longue et fine comme elle les aime, à la contempler, à lécher son gland, puis à engloutir de nouveau le tout pour voir le résultat…elle adore sentir cette bite palpiter en elle, elle est terriblement excitée en voyant par intermittences dans la pénombre l’homme en train de tantôt fermer les yeux, se délecter, ou regarder le spectacle qui s’offre à lui, de sa queue en train de disparaître puis de réapparaître, toute luisante. Elle aime la sortir de sa bouche, la branler frénétiquement jusqu’à risquer de faire jouir son partenaire, avant de gober ses couilles bien épilées et d’’engloutir de nouveau ce cylindre. Le parc est silencieux, et on n’entend que ce gémissement et ce bruit de succion…
    
    Mais le joggeur, presque sur le point de jouir déjà, finit par retirer sa queue de cette bouche pourtant si délicieuse, pour venir face à Iléana…il l’assoit et l’adosse au banc, lui prend fermement le sein gauche d’une main, et la cuisse droite de l’autre. La deuxième main remonte progressivement la robe, invitant la douce à écarter les cuisses...L’homme ...
«1234...»