1. Une pause lecture au parc (1)


    Datte: 30/06/2020, Catégories: Hétéro Auteur: Créatif21

    ... souriant avec une assurance déroutante, sans vulgarité, mais avec douceur et franchement. Elle fait mine de ne pas réagir, mais sourit intérieurement. Et décide de l’effleurer de la main « sans faire exprès » pour le rendre dingue…
    
    « En voilà un qui ne manque pas de cran, surtout vu son physique ! » se dit-elle, non sans une certaine condescendance. « D’accord, rien de rédhibitoire, mais on ne peut pas dire que ce soit un Apollon ! S’il est aussi performant que sa musculature le laisse penser…bof ! Mais bon, cela dit, il fait avouer qu’il est mignon, son sourire… »
    
    L’homme passé, elle se retourne, ne pouvant s’empêcher de nourrir quelque espoir… elle s’en doutait, il est maintenant carrément en train de mater son cul, bien souligné par la robe vert émeraude qu’Ileana porte aujourd’hui. Mais il ne fait pas demi-tour pour autant…L’espoir se mue peu à peu en regret.
    
    « Espèce de dégonflé ! » soupire Iléana. « Une occasion qui s’envole peut-être. Enfin, une demi-occasion » rectifie-t-elle en se disant avoir échappé sans doute à un « mauvais plan ». Arrivée au parc, quasiment désert comme prévu, elle retrouve son banc favori, ravie de le voir presque sec, s’y assoit et entame son bouquin. Mais peu à peu elle est rattrapée par ses pensées, et songe de plus en plus à cet inconnu croisé dans la rue. « Un peu gracile, mais un certain charme, il faut avouer, quand même ! » Et, les heures passant, elle ne peut s’empêcher de penser à lui, la caressant. A lui, en train de goûter son intimité, à lui enfin haletant au-dessus d’elle, la pénétrant de toute sa puissance. Alors que le soleil donne ses dernières lueurs, Iléana regarde autour d’elle et, ne voyant plus personne, soulève sa robe et commence à caresser sa chatte, devenue toute humide au fur et à mesure que son imagination divaguait. De plus en plus excitée, elle finit par écarter sa culotte puis son sexe d’une main, et par se branler frénétiquement le clitoris de l’autre, sa bouche mi-close, son souffle s’accélérant…
    
    Soudain, des pas. Accélérés. Iléana a à peine le temps de quitter son entre-jambes et de remettre correctement sa robe, en faisant mine de se plonger dans son livre, que surgit un jogger.
    
    Elle n’en revient pas. C’est lui. Il se rapproche. Pas si mal, en tenue de sport…
    
    Cette fois, elle ne sera pas passive. Elle n’aura pas eu le temps de se faire jouir seule, qu’à cela ne tienne : elle va déléguer. Elle lève le regard, fixe les yeux de l’homme qui ralentit alors, manifestement décontenancé de retrouver cette inconnue à laquelle il a aussi pensé, de son côté. Iléana, pour enfoncer le clou, baisse le regard et, arborant un sourire qui ne souffre d’aucune ambigüité, le porte à hauteur de son bas-ventre.
    
    Des sourires…mais l’homme passe, sans se retourner cette fois. « C’est désespérant ! Nullissime… » se dit Iléana, se replongeant dans son livre. Troublée, elle renonce rapidement à essayer de se concentrer, range son livre et s’apprête à partir. De toute façon il va bientôt ...
«1234...»