1. La Gestionnaire (10)


    Datte: 30/06/2020, Catégories: Trash, Auteur: hugo_g

    ... Charlotte ne sait pas comment faire pour sortir sans dévoiler ses cuisses, et surtout son sexe nu.
    
    — Alors tu descends, c’est bien toi qui voulais voir un chantier de près ?
    
    Elle me jette un regard de défi, et pose un pied hors de l’habitacle. La voiture est basse. Elle amène l’autre pied à l’extérieur. Ahmed a vu, enfin entrevu. Il sait que la jeune femme est vêtue de bas. Son regard est descendu le long des jambes féminines. Charlotte s’accroche à la portière pour sortir. Sa jupe reste accrochée au cuir du siège. La lisière des bas est visible. Ahmed n’en croit pas ses yeux. Il me regarde avec un regard interrogateur qui me dit : "dites-moi que je ne rêve pas...". Je lui fais un clin d’œil. Charlotte est debout. Elle tire sur la jupe pour dissimuler les rondeurs de ses cuisses. Ahmed avance vers elle.
    
    — Bonjour Madame, c’est rare de voir une jolie femme sur nos chantiers. Je m’appelle Ahmed.
    
    — Bonjour Ahmed... Jérôme m’a souvent parlé de vous... en bien...
    
    — Monsieur Jérôme est un flatteur...
    
    Je coupe court aux mondanités.
    
    — Ahmed, je souhaite voir le répartiteur du dernier étage. C’est possible ?
    
    — Oui Monsieur Jérôme, mais il est interdit d’utiliser l’ascenseur en dehors des heures de travail légal. Nous devrons monter à pied les cinq étages...
    
    — OK on y va... Tu viens Charlotte. Je passe devant, vous fermez la marche Ahmed ?
    
    — Bien sûr Monsieur Jérôme...
    
    Charlotte vient de comprendre. Passant devant Ahmed, elle va lui montrer ses cuisses et la lisière de ses bas. Sa jupe trop ajustée va mettre en valeur ses hanches et exciter le beau noir. Ahmed lui n’y croit pas. Pendant cinq étages, il va pouvoir regarder sans aucune gêne le cul de la belle blonde. Mais il est inquiet. Monsieur Jérôme sera-t-il d’accord pour qu’il en profite un peu de cette femelle ??
    
    Le revêtement de mes marches d’escalier n’est pas posé. Sur le béton inégal, les hauts talons de Charlotte lui font la démarche hésitante. Ahmed la suit de près. Je monte plus vite, les marches deux par deux. Au détour d’un palier, Ahmed me regarde avec instance. Je hoche la tête pour lui faire comprendre qu’il peut attaquer cette femelle sans aucun risque, que je suis d’accord, que je lui offre. Il me répond par un clin d’œil appuyé et par un large sourire. Je me cache au niveau quatre vers le répartiteur. Charlotte est essoufflée. Ahmed lui propose une pause.
    
    — Monsieur Jérôme est un grand sportif. Je ne peux jamais le suivre quand il monte ainsi. Vous aussi vous soufflez ?
    
    — Oui, et en plus j’ai un peu le vertige...
    
    J’ignorais que Charlotte souffrait de ce mal. Je vais en profiter. Je regarde par les interstices des panneaux de planche le couple. Ahmed s’approche pour montrer le paysage et la vue sur la ville au loin.
    
    — Approche, Madame, n’ai pas peur, je suis là.
    
    Il lui prend le bras et la guide vers le bord de la plate-forme. Charlotte se défend:
    
    — Non, Monsieur Ahmed, j’ai peur du vide, s’il vous plaît, pas trop près...
    
    — N’ayez ...
«1...345...8»