1. La petite femelle (2)


    Datte: 29/06/2020, Catégories: Divers, Auteur: De Bréville

    ... fesses encore assez hautes, mes pieds dépassant du plateau, leur plante face à mon voyeur. La main gauche appuyée sur le mur, je tire la bouteille entre mes jambes. Le bruit de son frottement sur le carrelage résonne dans toute la pièce. Ma main droite rejoint l’autre mur. Je regarde mon voyeur dans le miroir et bouge un peu mon cul de droite à gauche. Puis je descends les fesses pour que mon sexe soit presque au contact de la bouteille. J’avance un peu les genoux pour que mes orteils puissent prendre appui sur le plateau.
    
    Un dernier coup d’œil appuyé dans le miroir et, la bouche ouverte, je continue de descendre mon bassin, guidant le goulot de la bouteille de la main droite pour qu’il rentre plus facilement dans mon sexe. Je suis suffisamment excitée pour que l’objet glisse sans problème dans mon vagin. La main droite relevée, le visage souriant, je commence des mouvements verticaux pour m’empaler un instant et ressortir presqu’entièrement le goulot quelques secondes plus tard. Lorsque les lèvres atteignent le renflement de la bouteille, je ne peux retenir un soupir de plaisir. Je place mes deux mains sur mes chevilles et continue mes allers et venues masturbatoires, beaucoup plus rapides et profondes qu’au début. Je m’assieds de plus en plus sur la bouteille et pousse maintenant des soupirs fréquents qui semblent fasciner mon voyeur tout autant que le spectacle visuel que je lui offre. Après tout, pourquoi se limiter aux plaisirs de la vue, ceux de l’ouïe peuvent aussi être parfaitement excitants.
    
    Mes mouvements font un peu basculer la bouteille. Son culot se soulève à moitié et vient l’instant suivant taper contre le carrelage. Je me pince les lèvres et gémit de plus en plus. Ma main gauche doit replacer la bouteille pour qu’elle m’envahisse plus facilement. Le goulot bien enfilée au fond de moi, je fais une pause et demande à mon voyeur :
    
    — Pourrais-tu me donner le tube qui est sur le bord du lavabo s’il-te-plait ?
    
    En tremblant un peu, il me tend un tube de vaseline neuf. Lentement, j’en force l’opercule puis dépose une noix de lubrifiant sur mon anus. En plusieurs va-et-vient du majeur de la main gauche, je fais pénétrer la vaseline dans mon cul et, ainsi abondamment graissée, recommence à baiser la bouteille. Je la fais sortir complètement de mon sexe. Les bruits de son culot sur le carrelage ont, je trouve, un côté très croustillant. Un instant, j’approche ma rondelle du goulot… Et puis je me ravise et lui demande :
    
    — Voudrais-tu me mettre un pouce dans le cul et me peloter les seins ?
    
    Il fait ça très gentiment et je recommence à enfiler la bouteille dans mon sexe. Mes mouvements sont de plus en plus rapides. Et un, et deux, et trois, et quatre… Les frottements sur le carrelage ne cessent plus. Je ne sais pas quel est le coulissement qui me procure le plus de sensations. J’ai un premier orgasme. Bruyant, très violent et relativement court. Puis un deuxième presqu’aussitôt. Beaucoup plus long, plus chavirant, plus ...