1. La première rencontre


    Datte: 29/06/2020, Catégories: fh, fplusag, forêt, Oral init, Auteur: Lucien Ramier

    ... vous aimez les chiens. Et que vous profitez de ce beau soleil. Nous avons les mêmes goûts, je viens moi aussi de faire bronzette au jardin.
    
    Je suis agréablement surpris par sa réaction et, mis en confiance, je lui montre le livre que je suis en train de lire. Elle s’approche un peu plus et saisit l’ouvrage :
    
    — Je vois que vos lectures sont sérieuses. Vous devez être étudiant. C’est bien de joindre l’utile à l’agréable. Il faut toujours travailler. Vous devez étudier la psycho, avec un tel ouvrage. Vous êtes sans doute inscrit à la fac de Talence ?
    — Je travaille en librairie tout en poursuivant mes études qui m’obligent à potasser ce genre d’ouvrages le week-end.
    
    Sentant sans doute mon embarras, elle me rassure :
    
    — Ne vous inquiétez pas, j’ai un grand fils de votre âge qui est étudiant lui aussi à Talence et moi je suis infirmière au CHU.
    
    Son fils de mon âge ? Je suis très surpris, car il est impossible, regardant son visage et son corps tout bronzé, de lui donner la quarantaine.
    
    — Dites-moi, je vais vous paraître curieuse, me dit-elle, mais vous devez bien avoir une petite amie ou un petit flirt comme mon fils ?
    
    Pour ne pas paraître idiot, je lui réponds :
    
    — Bien sûr ! Mais j’habite depuis peu de temps à Bordeaux et je n’ai pas encore fait de rencontre.
    
    Ma réponse ne semble pas la satisfaire complètement. Son intuition féminine lui indique que je dois mentir un peu. Elle me sourit, je me dis : « Dommage qu’elle ne soit pas de mon âge, je me mettrais en quatre pour la séduire. »
    
    Le petit chien se couche près de moi. Sa maîtresse décide de faire une pause. À ma grande surprise, elle s’assied, elle aussi, dans l’herbe, tout naturellement. Je lui jette un regard discret quand elle s’assoit. Sous sa courte jupe blanche j’aperçois sa petite culotte noire. Elle a dû s’apercevoir de mon coup d’œil maladroit, car au lieu de rapprocher ses cuisses, elle les écarte encore davantage. L’effet est immédiat. Je rougis encore et une bosse énorme soulève mon slip. Ce n’est qu’un sous-vêtement avec une large braguette sans bouton et je m’attends à voir surgir mon « Popaul » d’un moment à l’autre.
    
    Que va-t-elle en penser ? Je ne sais quelle position prendre pour cacher cette érection qui prend de plus en plus d’importance. Elle s’aperçoit de la situation et cela ne semble pas du tout la déranger.
    
    Elle me sourit et me rassure en se rapprochant davantage de moi. Elle n’est plus qu’à quelques centimètres et je vois sa main se rapprocher de l’ouverture béante de mon slip blanc.
    
    Par l’échancrure du corsage j’ai la merveilleuse vision de ses deux beaux seins tout bronzés qui me fascinent. Je sens son parfum de femme. Je me sens attiré comme par un aimant.
    
    Je m’approche moi aussi de quelques centimètres. C’est pour moi la première fois que j’embrasse ainsi une femme d’âge mûr. Elle avance la main et la plonge dans la braguette du slip. Je frissonne. Je pose un baiser sur sa bouche, elle m’attire davantage, je sens ses jolis ...