1. Histoires de la Bienheureuse Agnès


    Datte: 11/01/2018, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byDominiknic

    ... et bander comme ça si fort, et pour rien!... Mais à deux, cela devenait délicat, même si chacune n'en pensait pas moins et aurait accepté sans problème que la chose puisse avoir lieu... Armelle, c'était le nom de la petite collègue blonde, ne se cachait pas de dire et de reconnaître avec ses copines qu'il lui arrivait souvent d'aller se branler dans les toilettes, après des épisodes de ce genre...
    
    Agnès repensa à Armelle, à cette histoire, et à d'autres fois aussi... Ces pensées n'eurent pas pour effet de la calmer... Elle sortit de son souvenir, et sentait son entrecuisse moite, et sa fente très mouillée... Certes, Pierre n'était pas là et ne rentrerait pas tôt ce soir, elle ne pouvait donc pas compter sur lui... De toute façon, les soirs où elle avait très envie, Pierre ne lui était pas d'un grand secours. Il la baisait certes, et même il lui faisait du bien. Du bien voilà, un peu de plaisir aussi parfois, mais pour qu'elle arrive à l'orgasme plein et en continu (certaines femmes disent : "répété", alors que c'est "en continu" qu'il conviendrait de dire!), il faut la plupart du temps qu'elle se finisse toute seule... Là ce soir, toujours allongée sur le transat, les yeux mi-clos, elle se projetait dans ce qu'elle allait faire : prendre une douche longue, douce et tiède, puis fraiche, violente et forte dans la dernière minute... Ensuite, si son envie n'était pas disparue, elle verrait se disait-elle... Sachant bien qu'elle irait chercher ses deux godes préférés et que, ...
    ... comme hier soir, alors que Pierre dormait, elle se ferait une séance sur le canapé du salon...
    
    C'était plus fort qu'elle à certains moments, cette envie d'être prise par des braquemarts immenses et ce besoin de sentir des morceaux gigantesques au fond de sa matrice... Ainsi à certaines périodes, elle avait ce besoin irrépressible de bites colossales, même parfois, de plusieurs ensembles. Les mecs doivent sentir ces envies et ces périodes particulières chez les femmes, car certains hommes ont par rapport à cela, un 6ème sens. Agnès se disait que, pour elle, en ce qui la concerne, ce devait être la même chose : beaucoup d'hommes doivent sentir quand elle a ce qu'elle nomme elle-même "ses envies fortes" et au fond d'elle, elle souhaitait qu'ils s'en aperçoivent et qu'ils la draguent... Elle savait qu'alors, dès que les hommes le lui proposeraient, elle finirait par accepter de se faire baiser... Dans ces périodes de disette alors que la faim tenaille, des godes peuvent se substituer aux bites superbes et magnifiques, qui à défaut d'être à sa disposition, se contentent simplement d'hanter les rêves de la belle Agnès...
    
    Elle se leva comme à regret, se dirigea vers l'entrée de la maison, un peu rompue par cet instant de repos. La nuit arrivait, les ombres s'allongeaient et la vallée commençait à s'engourdir... Comme elle arrivait à la porte du séjour, le téléphone sonna. Elle pensa d'abord à Pierre qui avait oublié quelque chose et téléphonait pour savoir si ce qu'il avait ...
«1234...9»