1. Soumise à un Algérien (1)


    Datte: 16/01/2018, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Auteur: blois

    ... massage de mes clavicules du bout des doigts, il a frotté à plusieurs reprises mes épaules et est descendu sur mes coudes, je frissonnai de sentir ses mains sur mon corps et d’un coup il a empoigné mes seins j’ai sursauté et les larmes ont coulé sur ma joue. Tout en me malaxant la poitrine il s’est rapproché j’ai ressenti les poils roux piquer mon oreille et il m’a dit :
    
    — C’est la première fois que je touche une blanche et ma virilité en est toute émue.
    
    Il a continué à me peloter la poitrine longuement, avec ses doigts il s’est mis à faire le tour de mes aréoles et à pincer mes tétons ce qui provoqua un petit :
    
    — A !!! d’excitation.
    
    — Vous aimez mes mains on dirait.
    
    — Ca suffit, lui dis-je pleurnicharde.
    
    — Avez-vous humidifié votre culotte ?
    
    — Arrêtez maintenant, s’il vous plaît. S’il vous plaît.
    
    Il a peloté mes seins avec vigueur ce qui était douloureux, les a sous-pesés et les a lâchés.
    
    — Merci, pour ce moment de détente, j’espère que vous me donnerez d’autres plaisirs.
    
    Je n’ai rien répondu, il a posé le badge d’accès sur la table basse et a fini son thé. En s’approchant de la porte d’entrée il s’est retourné et m’a dit :
    
    — Je serai content de rencontrer votre mari, vous pourriez m’inviter à dîner un de ces jours, autre chose, nous gardons nos petits secrets pour notre bien-être à chacun, je vous salue ma chère, à bientôt, j’attends avec impatience votre invitation.
    
    Une fois qu’il est parti je me suis rhabillée, j’ai passé de l’eau sur ...
    ... le visage et pris un grand verre d’eau. J’ai fait signe à Hervé qui était toujours au téléphone que je rentrai.
    
    Arrivée au Riad j’ai serré très fort Marc.
    
    — Tout va bien ma chérie ?
    
    — Oui mon chéri, je t’aime.
    
    J’ai ouvert mon haut et mis sa main sur mon sein et pensé très fort ils sont à toi, ils sont à toi, ils sont à toi. Marc m’a fait l’amour ce qui m’a permis d’oublier cette journée, brièvement.
    
    Cela fait maintenant une semaine que Benaissa est passé au bureau, je suis à l’agence à vaquer à mes occupations quotidiennes, Marc n’a pas touché grand-chose de son roman publié il y a un mois, le temps qu’il se fasse connaître et les ventes seront meilleures.
    
    Un mail vient d’apparaître sur mon PC, oh non !!! C’est Benaissa.
    
    — Chère Mme Leroux j’attends votre invitation à dîner avec impatience, il serait dommage que ces pièces jointes soient malencontreusement expédiées à Mr Barloux et votre mari.
    
    En pièces jointes il y avait des photos de moi les seins nus. Je suis bloquée.
    
    Une fois rentrée au Riad j’ai abordé le sujet avec Marc.
    
    — Cela te dérangerait si j’invitai Benaissa et sa femme à dîner un soir ?
    
    — Non ??? Mais je croyais que tu n’appréciais guère ce personnage ??
    
    — En effet mais cela peut permettre de briser la glace, je me trompe peut-être sur la personne.
    
    — Eh bien c’est OK pour moi.
    
    — Très bien, je vais lui soumettre jeudi soir dans deux jours.
    
    Le lendemain au travail j’ai envoyé le mail d’invitation à Benaissa et la réponse ...
«12...891011»