1. Le collectionneur


    Datte: 24/11/2022, Catégories: fffh, Oral pénétratio, fdanus, fsodo, uro, ffontaine, Auteur: Starpom

    ... zou, restau, si ma compagnie te convient toujours ?
    — Merveilleusement ! Je passe une journée super. Val, c’est pour ?
    — Valérie. Et Bruno, c’est pour ?
    — Bruno. J’ai fait simple.
    — OK Bruno, continuons donc cette super journée par un super petit gueuleton.
    
    Nous réenfourchons nos motos, et quelques minutes plus tard, nous sommes attablés au restaurant, sur la terrasse. La vue est magique !
    
    La serveuse prend notre commande. J’allume une cigarette, Valérie fait de même.
    
    — J’adore ce restau, Bruno. En plus, le prix est raisonnable, et les plats, tu verras, sont géants et délicieux.
    — Oui, il faut dire que ça donne faim, les balades et le grand air.
    — Bruno, je peux te poser une question ?
    — Oui, bien sûr ?
    — Tu me trouves comment…
    — Je te trouve comment quoi ?
    — Ben, comme femme, en fait ?
    — Eh bien, déjà, ton sourire est génial, tu as la pêche, tu sais ce que tu veux, bref, comme tu disais tout à l’heure, je kiffe.
    — Et… physiquement ?
    — Houla, c’est délicat, comme question…
    — Non, mais vas-y, soit cash, j’ai vraiment besoin de ta réponse, et je ne sais pas pourquoi, tu m’inspires confiance…
    — Alors, j’aime bien ton visage, assez « brut de fonderie » si je peux me permettre, mais qui te va super bien. Ensuite… Dis donc, Val, tu me mets en porte-à-faux, là. Si je réponds honnêtement, tu vas croire que je te drague, et si je fais mon politiquement correct, je ne serais pas sincère avec toi…
    — Vas-y cash, je te dis. Lâche-toi, tu peux le faire !
    — ...
    ... Alors, comment dire… Eh bien… Je ne vais pas tourner autour du pot, je vais être direct, rapide, je vais aller droit au but, comme à Marseille, loin de moi de tenter d’éluder cette conversation…
    — Allez, accouche !
    — Ben j’ai flashé sur tes fesses, très bien mises en valeur par ton pantalon moulant. J’aime beaucoup ta silhouette, que je devine plus ou moins sous ta veste de moto. Bref, comment dire… Eh bien, voilà, tu me plais, quoi…
    — C’est vrai, tout ce que tu viens de me dire ? Sincère, tout ?
    — Oui, complètement.
    — Oui, mais bon, tu vas faire comme les autres… Dommage, tu me plaisais bien.
    — Faire comme les autres ?
    — Oui. Me laisser tomber d’entrée, comme d’hab.
    — Excuse-moi, je ne pige pas. Te laisser tomber pourquoi ? Tu es sympa, on passe une bonne journée, bon, tu me plais OK, mais ce n’est pas non plus obligé de terminer à l’horizontale au premier rendez-vous !
    — Tu ne peux pas comprendre. On change de sujet ?
    — Si tu veux, mais… J’aimerais comprendre, en fait… C’est quoi le problème ?
    — C’est moi, le problème. Mais laisse tomber, je te dis.
    — Non. Tu en as soit pas assez dit, soit trop. En plus, je ne comprends rien. J’ai compris, mais c’est débile, que, hop, tu te mets toute nue, et moi, je fuis. Pourtant, tu es plutôt sacrément attirante, donc, oui, je ne comprends pas.
    — Oui, c’est le drame de ma vie, en fait. Et en plus, tu as vu presque juste.
    — Presque juste ? Allez, dis-moi, que je ne m’endorme pas con ce soir ? Tu as un sexe masculin sous ce ...
«1...345...27»