1. Quand tu profites d'une occasion de réaliser un vieux fantasme. (1)


    Datte: 24/11/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: Agapios66

    ... te retrouves avec cette barre de chair dure et lisse sous les yeux. Ça commence à devenir moite là en bas.
    
    Quitte à avoir la queue à l’air, il se soulève un petit coup pour se débarrasser de son short et se mettre à l’aise. Si votre pote se réveille et descend, c’est un sacré spectacle qu’il va avoir sous les yeux, mais au moins tu peux librement faire glisser ta main sur sa queue... Et puis ça ne serait pas la première fois pour vous et cette idée n’est pas pour te déplaire.
    
    Ta main monte et descend sur sa queue lisse et ses couilles glabres rasées il y a peu, c’est plus une caresse qu’une branlette, pour le moment. Ta main s’arrête sur ses couilles et la base de sa queue, et se resserre alors que tu la redresses à la verticale pour l’admirer dans toute sa splendeur.
    
    Dans cette position avec ce chibre dressé vers le ciel, elle a l’air aussi grande que ton visage et tu dois lever les yeux pour en mater le gland d’où tu vois perler une goutte de précum. Tu es de plus en plus excitée. Ta bouche salive à l’idée de goûter cette bite que tu connais pourtant si bien. Même toi tu ne sais pas vraiment ce que tu as ce soir. Le désir te prend aux tripes.
    
    Tellement de choses jouent à cet instant. Le plaisir visuel évidemment, comment rester insensible devant cette grosse bite avec ses veines et son gland violacé. Tactile, c’est toujours impressionnant ce petit miracle de la nature à la fois si doux et si dur sous tes doigts, et un plaisir mémoriel, tu la connais cette ...
    ... queue. Les souvenirs, dont certains sont suffisamment hot pour tremper ton entrejambe sans même avoir à te toucher, sont innombrables depuis toutes ces années où vous êtes ensemble et ne vous privez de rien sexuellement. Tu sais comment elle peut te faire crier et jouir comme une folle quand celui à qui elle appartient est motivé. Ton bas-ventre se contracte de plaisir à ces souvenirs.
    
    Tu la rabaisses vers son ventre et goûtes son précum de la pointe de ta langue. Mmmh.
    
    Tu pourrais te contenter de la prendre, ta bouche et la pomper un bon coup, mais tu joues avec, tu l’aimes cette queue.
    
    Tu l’embrasses passionnément, presses tes lèvres autour, fais rouler ta langue dessus le long de sa hampe et sur son gland. Tu frottes son gland sur tes lèvres, en suçotes le bout sans jamais la prendre vraiment dans ta bouche. Tu pourrais avoir l’air de jouer avec maladroitement, mais les vrais savent que c’est largement aussi bon qu’une gorge profonde de sentir une femme jouer passionnément avec une bite.
    
    Pendant que tu embrasses sa queue comme si elle était l’amour de ta vie, il profite que tu sois allongée quasiment sur le ventre pour tendre une main jusqu’à tes fesses qu’il presse. Un frisson de plaisir suit le contact de sa main quand elle passe sur ton dos, et ça ne fait que commencer.
    
    Un doigt se glisse sous la ficelle de ton string qu’il fait passer sur le côté, caresse ton petit trou, s’enfonce encore plus profondément entre tes cuisses jusqu’à atteindre ce qui à cet ...