1. Un curé dévoué (1)


    Datte: 22/11/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Monsieurpig

    ... pécheresse.
    
    Sarah s’exécute. Elle sort deux gros lobes de son chemisier. Elle sent en même temps sa culotte devenir humide sous sa minijupe, la situation et le manque accélérant sa moiteur.
    
    Le curé est gêné par la séparation du confessionnal et décide de rejoindre Sarah.
    
    La mère de famille est là, assise, les jambes écartées, en train de se caresser l’entrejambe, les seins à l’air... la voilà offerte au curé.
    
    Il s’approche et propose à nouveau sa bite à Sarah... elle reprend ce qu’elle faisait il y a quelques secondes. Elle y met encore plus de cœur. Le vieux lui caresse en même temps ses mamelles.
    
    Le prêtre donne à présent le rythme et pilonne la bouche de Sarah.
    
    — Continuez ainsi, vous êtes sur la bonne voie pour vous laver de tous vos pêchés.
    
    Il sort sa queue de la bouche de Sarah, retire sa soutane, et se met à genoux entre les jambes de la nymphomane.
    
    — Je vais maintenant goûter ton liquide béni.
    
    — Oh oui, mon père, léchez-moi.
    
    Le curé commence doucement à passer sa langue sur la fente humide, puis lui écarte les lèvres, insère sa langue et monte chercher le clitoris. Il lui met le majeur dans la chatte. Sarah se tortille de plaisir et retient bien la tête du prêtre entre ses cuisses. Elle en serre les cuisses de plaisir. Le vieux n’a d’autres choix que de continuer à donner du plaisir à cette salope.
    
    — Vous sentez vous envahir par mes bienfaits ?
    
    — Humm oui je me sens déjà soulagée de certaines vilaines pensées, mais j’en ai ...
    ... tellement ! Comment faire pour avoir l’absolution ?
    
    — Levez-vous et tournez-vous mon enfant, écartez les jambes et je vais vous soulager de ce fardeau.
    
    Le curé avançe sa bite vers la chatte déjà bien humide par l’excitation procurée par la situation, mais également par le cunnilingus du curé. Il présente sa tige bien dure à l’entrée de la chatte de cette mature en chaleur et elle le sent.
    
    — Allez-y mon père, baisez-moi comme une vulgaire pute.
    
    Sur ces mots qui le rendent fou, il s’introduit entièrement jusqu’à la garde, d’un coup, pour que ladite putain se sente ouverte. Il commence un va-et-vient de plus en plus rapide, tapant à chaque fois dans le fond. Il ne manque pas de lui tenir ses deux gros seins en lui pinçant les tétons du bout des doigts.
    
    — Oh oui vas-y défonce-moi comme tu veux.
    
    — Je vais bien te limer et tu sortiras d’ici plus légère qu’en entrant.
    
    A ces mots, il glisse deux de ses doigts dans la bouche de Sarah, pour qu’elle les lui humidifie et il les dirige près de son anus, avec l’idée de lui ouvrir tous les trous. Il n’a aucun mal à lui en insérer un, puis deux, et voyant qu’elle n’y oppose aucune résistance, il sort sa bite dure et longue pour lui présenter devant la petite rondelle.
    
    — Nous approchons de la délivrance ma fille, mais il faut encore un peu de pénitence pour vous vu vos nombreux péchés.
    
    — Faites de moi ce que vous voulez.
    
    Sarah ne cesse de gémir de plus en plus fort.
    
    Comme pour sa chatte, il lui entre sans s’arrêter, ...