1. Un curé dévoué (1)


    Datte: 22/11/2022, Catégories: Hétéro Auteur: Monsieurpig

    Dans un charmant petit village de campagne... quelque 700 habitants. Tout le monde se connaît. Il y a l’église qui fait lieu de ralliement le jour de la messe. L’église sert également pour deux autres villages. Le curé peut compter sur un bon noyau de croyants et de fidèles.
    
    Le curé, Père François, est âgé de 59 ans, environ 1m75, 80 kilos. Un homme en chair comme on dit au village.
    
    Il est à l’écoute de ses paroissiens, et surtout de la gent féminine, bien plus croyante que les hommes.
    
    Ce jeudi, il reçoit sa première paroissienne de la journée au confessionnal, Sarah, quarante-et-un ans, femme d’un chef d’entreprise.
    
    — Bonjour mon père.
    
    — Bonjour Sarah
    
    — Pardonnez-moi mon père, car j’ai pêché.
    
    — Je vous écoute.
    
    — Je pratique la masturbation plusieurs fois par semaine, car mon mari ne me touche plus. De plus, j’ai fouillé dans le portable de ma fille et j’ai trouvé une vidéo d’elle avec un homme âgé qu’elle appelait daddy, en train d’avoir une relation sexuelle. J’ai honte pour elle, car elle a tout juste dix-huit ans, j’ai honte pour moi, car j’ai fouillé, et j’ai honte, car j’ai regardé la vidéo en entier et j’ai eu du plaisir de la voir ainsi sodomisée par un homme bien plus vieux qu’elle.
    
    Le curé essaye de rester de marbre, mais il est en érection. Il se caresse la bosse par-dessus sa soutane.
    
    — Quand vous dites que vous pratiquez la masturbation, vous faites quoi au juste ?
    
    — Je me caresse les seins, je me caresse le sexe, je ...
    ... m’insère des doigts pour avoir encore plus de plaisir, en même temps j’imagine être prise par d’autres hommes. Je les imagine me prenant par les deux trous en même temps, éjaculer sur mon visage et dans ma bouche ! Je vais vous avouer mon père que je suis tellement en manque que je vous ai même imaginé nu sous votre soutane. J’ai tellement honte.
    
    — Ce n’est pas grave ma fille ! Tout humain a des envies, des pulsions.
    
    — Mais pas vous mon père.
    
    — Si vous saviez bel enfant...
    
    — Je veux savoir mon père.
    
    Le curé ne peut plus se retenir plus longtemps, il soulève sa soutane, il sort sa queue de son pantalon et se branle.
    
    — Vous êtes certaine de vouloir savoir ?
    
    — Oui mon père.
    
    Le curé se lève. Il ouvre la petite trappe qui le sépare de Sarah. Elle est juste en face de lui. Il lui présente sa queue déjà bien raide. Une queue de taille moyenne, légèrement poilue, avec des grosses couilles.
    
    — Je suis désolée de vous avoir mis dans cet état mon père.
    
    — Pour vous faire pardonner, vous allez dire, vous allez prier, tout en me suçant. Vous serez ainsi lavée de vos pêchés.
    
    Sarah s’avance, ouvre ses lèvres et prend le sexe en bouche. Elle décalotte la queue déjà bien bandée et joue avec le bout de sa langue sur le gland brillant du curé.
    
    Elle met la queue du vieux curé en bouche et le suce avec appétit. Elle se sent revivre. Enfin de nouveau du sexe, du vrai. Elle passe de la bite aux couilles poilues, à la bite à nouveau.
    
    — Sortez-moi vos seins, sale ...
«123»