1. Méli-Mélo.


    Datte: 03/08/2022, Catégories: fh, hplusag, enceinte, Voyeur / Exhib / Nudisme BDSM / Fétichisme Oral pénétratio, fsodo, confession, couple, extraconj, Auteur: DeuxD

    Ce sont deux maisons mitoyennes, comme on en a beaucoup construit au début du siècle dernier. Maisons entre amis ou en famille, deux frères ou les parents et un enfant. Nous en habitons une, depuis 25 ans, d’abord en tant que locataires et puis en tant que propriétaires. L’autre maison restant occupée jusqu’à ce jour par l’ancien propriétaire : Monsieur Rainuat.
    
    Monsieur Rainuat a 75 ans maintenant et il perd un peu la tête, aussi, conscient de son état, il a demandé à aller en maison de retraite. Il n’a pas d’enfants, pas de famille, il a voulu vendre sa maison et nous nous sommes proposés. Notre idée est de faire des travaux pour relier les deux.
    
    Je viens de signer chez le notaire. J’ai les clés et je décide de faire une petite visite. Je la connais : miroir de la nôtre. Je suis venu de nombreuses fois. Monsieur Rainuat, Christophe de son prénom nous invitait. Il a vu grandir nos enfants et, célibataire sans famille, leur a fait plus d’une fois de beaux cadeaux.
    
    La maison est vide. Les déménageurs n’ont pas fait dans la dentelle, mais de toute façon, on va tout refaire. Sidonie veut que je fasse des photos pour les lui envoyer. Elle est en vacances chez des amis. Elle a beaucoup plus de congés que moi.
    
    Les salauds ont laissé des choses dans le sous-sol. Rainuat l’avait aménagé en une sorte de salon-bureau, car il donne directement sur le jardin. Il avait même fait installer une grande baie, ce qui illumine la pièce. Ces choses ne vont pas manquer au proprio, ...
    ... car l’appartement qu’il occupe dans la résidence ne peut de toute façon pas tout recevoir.
    
    Ce vieux canapé ; ces meubles de rangement ; ce fauteuil de bureau défraîchi ; cela donne une vraie impression d’abandon. Il en a passé des heures ici ! Il s’en servait même pour recevoir certains clients. Parfois, je venais lui parler, demander des conseils, car pour tout ce qui touche l’informatique le proprio était un crack.
    
    Ce vieux canapé qui donne sur le jardin maintenant négligé. On s’enfonce dans la mousse d’un autre âge. Même les accoudoirs sont élimés. Sur le côté, il y a comme une fente. En réalité, je découvre que l’accoudoir se soulève. À l’intérieur : des journaux, des livres. Par curiosité, je vais regarder dans l’autre. Il est amovible aussi… des cahiers, genre cahier d’écolier à spirale. Chacun porte un nombre, manifestement une année. Je les sors, les entasse, les classe. Le premier est de 1980, le dernier de 1997. Ce sont manifestement des cahiers intimes. Je m’étonne que le proprio ne les ait pas emmenés. À moins qu’avec ses pertes de mémoire… Ce n’est pas grave, je vais les rassembler et je les lui porterai, ou Sidonie le fera.
    
    On a emménagé à côté en 1996… janvier plus exactement. On doit donc faire partie de ses réflexions.
    
    Non, il ne faut pas ! Pourtant, j’aimerais… Pure curiosité… Il doit bien parler de nous… On avait vingt-cinq ans, lui, la cinquantaine, un peu particulier, manifestement vivait un peu en ours… Ours ! Que je suis drôle ! Une fois, je ...
«1234...8»