1. Alexia, premiers pas dans le monde de la perversion (1)


    Datte: 25/07/2022, Catégories: Transexuels Auteur: al3x1a

    ... totalement soumise à son plaisir, il me baise, je ne suis que son objet de plaisir. J’essaye de temps en temps de serrer mon anus autour de son sexe et ça semble lui plaire.
    
    Parfois, une petite douleur se fait sentir en moi et j’avance naturellement, bon amant, il ralentit avant de reprendre.
    
    Après 5/10 mn à quatre pattes, je demande une pause lubrifiante :
    
    — Arrête, je veux changer de position.
    
    Je m’allonge sur le ventre et il recommence sa besogne.
    
    — Pour une première fois, t’es bonne et bien ouverte, une vraie petite cochonne.
    
    — Une petite chienne tu veux dire, lui dis-je en rigolant, entre deux gémissements.
    
    Noyés dans nos gémissements, pilonnée par mon amant, j’ai désormais l’impression que mon cul est un vrai chou fleur
    
    — Je veux venir.
    
    — Hum je sais comment, relève-toi.
    
    Maxime arrête ses coups de boutoir et me libère de son emprise, je me retourne, attrape sa capote et l’enlève :
    
    — Dans ma bouche !
    
    — Yes.
    
    Me voilà à nouveau en train de le pomper, je le branle à fond en même temps et ça ne tarde pas trop.
    
    — Oh oui je vais jouir.
    
    Je lui caresse les couilles en même temps et je sens un premier jet chaud, je ralentis doucement la cadence et le laisse me ...
    ... remplir la bouche... c’est chaud, salé, le goût en lui-même n’est pas fun, mais le plaisir est au rendez-vous. Fin de partie, je déglutis et je lui tire la langue, comme une bonne chienne qui a fait le job.
    
    — Trop bonne.
    
    — Je le prends comme un compliment.
    
    — Carrément, bon petit cul et bonne suceuse, reviens quand tu veux.
    
    — Peut-être, mais maintenant, je vais rentrer.
    
    Après tout, il ne m’attire pas, je ne voulais que sa bite et sa semence, j’ai eu, il ne m’intéresse plus. Politesses pendant que je me rhabille. Tiens, en remettant mon tanga, il frotte un peu contre mon trou et ce n’est pas une sensation agréable, d’ailleurs je sens une chaleur à cet endroit. Il m’a bien défoncée pour une première ce con... j’ai le cul en feu.
    
    Mais je ne dis rien, d’abord par fierté, qu’il m’imagine comme une bonne salope qui encaisse bien, ensuite parce que cette sensation, légèrement douloureuse, est la preuve que j’étais sa chienne d’un moment. Finalement, le lendemain matin, après une branlette, tout est rentré dans l’ordre, petit trou opérationnel, fierté d’avoir franchi l’étape que je pensais la plus importante, à tort.
    
    Et puis j’ai plein d’autres idées, envies... Mais pour d’autres chapitres. 
«1234»