1. Alexia, premiers pas dans le monde de la perversion (1)


    Datte: 25/07/2022, Catégories: Transexuels Auteur: al3x1a

    ... s’affranchir de la contrainte de ma cage.
    
    Finalement, ce petit goût en bouche est plutôt excitant et me voilà à le sucer tout en le branlant.
    
    — Oh oui, c’est ça... hum trop bon.
    
    Je semble sur la bonne voie. Voilà qu’il met ses mains derrière ma tête pour contrôler le rythme, voilà donc également le moment où je passe d’une salope allumeuse à une chienne soumise.
    
    Heureusement, il n’est pas trop optimiste sur mes talents de suceuse et m’évite une gorge profonde pour laquelle j’ai encore des craintes, et sûrement aucune pratique malgré mes tentatives sur gode.
    
    J’entends ses râles et ses gémissements, je sens sa queue dans ma bouche, ma langue jouant avec son gland. Je l’imagine me prendre. Rien ne va plus. Après cinq minutes, fin de la pipe, non parce que quand même, il fait chaud et être à genoux en talons n’est pas agréable.
    
    Je me relève, il en profite alors pour m’enlever mon haut, petit rusé, je lui dis :
    
    — Attends, j’enlève ma jupe.
    
    — OK suis-moi dans ma chambre Alexia.
    
    Je le suis dans la chambre et le vois s’allonger sur le lit, c’est alors que je me retourne, lui fais dos, et d’un mouvement décidé, mais sensuel, je me penche légèrement en avant en écartant mes fesses.
    
    — Oh la salope !
    
    Il vient de voir mon plug, et je me sens à nouveau la salope allumeuse.
    
    — Je veux encore te sucer.
    
    — Pas de problème, viens.
    
    Je recommence une fellation, que c’est bon... je suis fan... j’aimerais qu’il vienne dans ma bouche, mais nan, je veux ...
    ... quelque chose de plus avilissant. J’arrête de le sucer et lui demande, non lui chuchote :
    
    — Prends-moi maintenant.
    
    — Avec plaisir, mets-toi à quatre pattes.
    
    Je grimpe et me mets à quatre pattes, non sans enlever mon tanga.
    
    — N’oublie pas la capote.
    
    Il commence à me caresser les fesses, prend en main la base du plug et joue à le tourner, c’est bon, excitant, je sens à nouveau ce côté chienne soumise. Il commence à jouer à enlever le plug, le remettre, j’adore la sensation du plug aspiré une fois la garde passée.
    
    — Hum, c’est bon.
    
    C’est cette fois à mon tour de gémir, rouler du cul, j’en veux plus.
    
    — Mets une capote, viens, prends-moi.
    
    Pendant qu’il met une capote, je lui prends une bonne noix de lubrifiant et retartine mon petit trou, déjà bien entrouvert grâce à ce plug large.
    
    Je sens enfin son gland appuyer mon trou, rentrer doucement, mais sûrement et facilement, un frisson me parcourt, il pose ses mains sur mes hanches et je lui demande :
    
    — Doucement au début.
    
    — Ne t’en fais pas et profite.
    
    — Plus profond, encore, encore.
    
    Ah bah non pas plus, il est presque à sa garde (je l’ai choisi normalement monté, disons quatre bons centimètres de diamètre et peut-être quinze de long)
    
    Je sens ses va-et-vient commencer et des petits cris s’échappent de ma bouche, je me fais baiser et c’est bon !!!
    
    Il alterne ses mouvements, tantôt lents, tantôt coups de boutoir, il s’amuse aussi quelques fois à sortir puis rentrer et j’aime ça, je me sens ...