1. Service aux Réfugiés


    Datte: 06/07/2022, Catégories: Sexe Interracial Auteur: byRainett

    «Chaque nouvelle journée apporte son lot de cadeaux!» C'était l'une des phrases que la maman de Manon Samson lui répétait chaque matin. Chaque jour était un cadeau, elle devrait être heureuse de se réveiller, c'était ce que sa maman lui inculquait depuis toujours. C'était bizarre que cette pensée lui traverse l'esprit maintenant. Les choses étaient si différentes, maintenant.
    
    Quand les yeux endormis de la jeune fille se sont ouverts, cela n'avait pas l'air d'un cadeau. Sa chambre était en désordre. Un foutoir. Il faisait sombre. La fenêtre était fermée. Les rideaux tirés. Avec ses pieds joints, elle a rejeté ses couvertures qui sont tombées en tas au pied du lit. Sur le sol de la chambre, les devoirs, les leçons, et les restes de nourriture traînaient, épars.
    
    Elle a veillé jusqu'à 4 ou 5H du matin. Elle a dû s'évanouir. Des miettes de chips décoraient son sweater à capuche crasseux. Ses lunettes étaient barbouillées de traces grasses. Elle clignait ses yeux rougis de fatigue. Elle était épuisée. Ses cheveux étaient en désordre. Sa chambre était en désordre. Ses vêtements étaient en désordre. À 19 ans, Manon Samson était un chaos total.
    
    «Manon! C'est l'heure!» Sa maman toquait à sa porte «Debout, feignasse!»
    
    «Ouais» grogna Manon d'une voix éraillée.
    
    «Allez, Abdoul, arrête de me tripoter comme ça, pas maintenant!» Manon pouvait entendre sa mère chahuter derrière sa porte. Son amant entreprenant, un réfugié soudanais, bâti comme un colosse, toujours fourré dans ...
    ... ses jupes. Il suivait sa mère partout, les mains baladeuses, n'en faisant qu'à sa tête, sollicitant ses faveurs sans cesse. À force d'insistance, elle finissait par lui céder, lui offrant son corps fatigué, là où ils se trouvaient. N'importe où dans la maison, en présence de n'importe qui, devant son mari ou devant ses filles.
    
    Manon s'est habillée sans enthousiasme. Elle ne comprenait pas pourquoi sa mère s'était entichée d'Abdoul. Oh si, elle savait exactement pourquoi. C'était aussi la raison pour laquelle elle restait éveillée si tard. Abdoul avait une bite gigantesque! Elle l'avait vue souvent, depuis qu'Abdoul vivait chez eux, depuis que sa maman s'était engagée dans ce programme d'accueil des réfugiés africains.
    
    Manon entendait sa maman parler librement, avec ses amies, des performances sexuelles comparées de son mari et de son amant, et elles étaient toutes d'accord. Les maris européens, avec leurs petites bites, ne pouvaient absolument pas rivaliser avec les immigrés. Elles parlaient de leurs orgasmes, de baiser pendant des heures, de choses sales qui étaient devenues leur principale préoccupation. Manon adorait écouter leurs confidences.
    
    Manon l'avait vu. La première fois, c'était à la piscine, dans les douches communes. Abdoul est entré dans la douche après avoir nagé. C'était il y a 5 ans. À l'époque, Manon n'était pas encore formée. Ses seins étaient minuscules, et son pubis était lisse, imberbe. Abdoul est arrivé tout nu dans la douche, son membre au repos ...
«1234...7»