1. Virage inattendu


    Datte: 05/07/2022, Catégories: h, fh, couplus, voyage, voiture, amour, Voyeur / Exhib / Nudisme Masturbation pénétratio, init, initiatiq, Auteur: Hisoka02

    ... se firent très vite plus intenses, les bruits du drap plus vifs et pressants.
    
    Une dizaine de minutes à peine après qu’il se fut allongé, il entendit soudain le bruit du couple se redressant sur le matelas suivi d’un gémissement rauque d’Ève lorsque Pascal la pénétra en soupirant de satisfaction. Les gémissements se firent alors au rythme des mouvements réguliers de Pascal mêlé aux grincements légers du matelas puis se ralentirent brusquement.
    
    — Tu peux venir maintenant, appela Pascal d’une voix qui parut à Jean étonnamment naturelle.
    
    Ce dernier se leva, cherchant maladroitement à dissimuler son érection plus que visible sous le tissu ample de son caleçon qui arborait une tache où avaient à nouveau commencé à s’écouler les premières perles de son désir. Jean descendit de son lit, parcourut rapidement la distance qui le séparait des marches de l’échelle qui lui fallait monter pour venir sur le lit de ses covoyageurs.
    
    Il grimpa et se trouva face à Pascal, lequel enserrait la taille de sa femme qui lui tournait le dos tout en arquant le bassin à la rencontre des mouvements de hanches de son mari. L’une des mains de Pascal était posée contre le bas-ventre de sa femme, sous le drap tandis que l’autre main caressait sa poitrine par-dessous sa nuisette. Ève répondait à ses appels en serrant la main posée sur son mont de Vénus tandis que l’autre, posée sur les hanches de Pascal, l’encourageait à poursuivre ce mouvement aimé. Tous deux, sur le côté, croisèrent le ...
    ... regard de Jean et l’invitèrent à s’allonger près d’eux.
    
    Jean s’installa, prit appui sur un oreiller et resta ainsi un moment près du couple qui avait repris ses mouvements et dont les gémissements reprirent de nouveau à moins d’un mètre de lui. Durant un instant, il se contenta de les regarder, leurs regards plantés sur lui malgré les vagues de plaisir qu’ils semblaient tous deux savourer.
    
    Puis, comme pour l’encourager, leurs yeux convergèrent sur son bas-ventre où jamais son sexe n’avait été plus vibrant, presque animé. D’une main hésitante, il se mit à se caresser au travers le tissu, comme il l’avait déjà fait. Les mouvements de Pascal devinrent soudain plus intenses, plus profonds, plus affirmés, relevant alors sans retenue la nuisette de sa femme, laissant voir sa poitrine ferme secouée et les pointes érigées, pincées par une main plus avide de caresses. De son autre main, il se mit à descendre vers les cuisses d’Ève sans se soucier davantage de dissimuler leur intimité sous le drap.
    
    Encouragé par leur propre nudité, Jean extirpa également son sexe durci, le gland saillant et luisant de sécrétion hors de son caleçon et l’empoigna à pleine main dans une caresse soutenue et aussi régulière que celle du couple qui accéléra du même coup son mouvement de va-et-vient dans une recrudescence de halètements et de gémissements.
    
    Soudain, le corps tout entier d’Ève se cabra, comme secoué de spasmes tandis qu’elle gémissait, les mains caressant celles de son amant tout en ...
«12...891011»