1. Comment je suis devenue la salope de la cité ... (3)


    Datte: 23/06/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: hélène75

    Pendant deux ou trois jours, j’avoue avoir eu un peu mal aux fesses suite à ma première saillie anale par Mohamed. Mais je garde en moi le souvenir de ce puissant orgasme que j’ai ressenti lorsqu’il s’est vidé en moi et je comprends enfin pourquoi de nombreuses femmes aiment ce type de rapport sexuel même si cela peut paraître « contre nature ».
    
    Bien évidemment, je ne vais pas demander à Edouard de me prendre ainsi alors qu’en près de trente ans de mariage et de vie conjugale, nous nous sommes toujours contentés de la très classique position du missionnaire. Aussi, ce samedi vers 11h00, en revenant de mon footing au parc Monceau, je me glisse dans la baignoire avec mon godemiché. Je me savonne bien les fesses avec du savon et je glisse lentement le sexe de plastique dans mon rectum. Pour ne pas avoir mal, je m’oblige à penser au plaisir que j’ai éprouvé dans cette cabine d’ascenseur sous les assauts de ce jeune mâle. Bien vite, je retrouve les mêmes impressions de plaisir et je pousse un peu plus loin la queue fictive pour jouir encore plus fort.
    
    De ma main libre, je glisse deux doigts dans ma chatte et la jouissance n’en est que plus intense. C’est une véritable découverte ! Mais en même temps je suis assaillie de questions. Ne suis-je pas en train de devenir une véritable nymphomane ? Ne devrais-je pas consulter un psychologue ? Comment arriver à maîtriser ces envies sexuelles qui me viennent régulièrement à l’esprit ?
    
    Heureusement, pendant une semaine je n’ai ...
    ... plus de nouvelles de la famille de Mohamed et mes envies sexuelles diminuent ; je suis presque redevenue « normale ». Cependant ce dimanche soir, alors que nous avons l’un de nos fils à dîner avec nous, je reçois un sms. Bien qu’à table, je le consulte et je découvre qu’il est de madame Dahoud. Je décide de ne pas le lire, on verra ça plus tard.
    
    Une fois notre fils reparti avec sa femme et ses deux enfants, je vaque à mes occupations ménagères. Lorsque j’ai terminé, Edouard est installé devant la télévision à suivre l’émission « Capital » ; je le laisse à ses occupations et vais dans notre chambre. Je prends enfin le temps de lire le message « Je vous attends demain vers 11h00 si cela vous convient ». Je réponds aussitôt « C’est parfait. A demain ».
    
    Une fois au lit, je me mets à lire un vieux roman policier d’Agatha Christie mais j’ai du mal à me plonger dans l’énigme. Ma main droite se glisse sous la couette, descends sur mon ventre, relève ma nuisette et se plaque contre mon mont de vénus. Bien vite, une douce chaleur m’envahit le bas-ventre et, les yeux fermés, je pense à la queue de Mohamed. Je jouis en moins de cinq minutes.
    
    Le lendemain matin, tandis qu’Edouard s’affaire dans la salle de bain, je suis devant mes placards et commodes en train de choisir mes vêtements et ma lingerie pour la journée. Je m’interroge, j’hésite. Quelle tenue adopter ? Mettre un tailleur avec pantalon ? Rester dans un style classique ? M’habiller bien bourgeoise ? Après un long moment ...
«1234...»