1. Inceste..., une affaire de famille (2)


    Datte: 18/06/2022, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: Aiguebrun

    ... dans la cuisine, me pique une tartine au passage et nous dit qu’elle est en retard et qu’elle doit filer, mais se ravisant elle nous demande :
    
    — Ça va bien tous les deux ?
    
    Nous la rassurons comme nous pouvons et elle file.
    
    Je vais rejoindre ma mère près de la fenêtre, colle mon pénis ramolli par l’ouragan nommé Jeanne et le frotte à son fessier, mes mains reprenant la direction de sa poitrine. Elle se love contre moi et son corps ondoie contre le mien, je sens l’une de ses mains s’approcher de ma bite, la tâter puis la serrer avec un soupir d’aise ; ma respiration s’arrête, ma mère me masturbe, je suis au paradis !
    
    Pendant qu’une de mes mains caresse un sein, l’autre s’aventure vers le saint des saints, la grotte sacrée qu’une toison brune assez fournie cache comme un trésor ; elle traverse doucement cette forêt encore vierge pour moi et s’arrête sur son clitoris gonflé que je trouve particulièrement gros si je fais référence à ceux de Jeanne et de ma tante Julia ; puis un doigt tremblant se fraye le chemin jusqu’à l’entrée de la grotte bien humide, il contourne l’entrée puis se retire, prend la direction de la bouche de ma mère qui le suce avec gourmandise.
    
    C’est à ce moment que je décide de soulever maman et de l’amener dans mes bras jusqu’à sa chambre. Je la dépose délicatement, assise au bord du lit ; nos yeux se croisent attisés par le désir mutuel, je la vois baisser mon pantalon de pyjama et ma queue un moment comprimée se tend vers sa bouche ...
    ... affamée ; elle me lèche d’abord le prépuce délicatement, sa langue tourne dans un sens puis dans l’autre autour de mon gland, puis elle décide d’avaler au même rythme ma bite qui se dresse vers sa glotte ; les caresses buccales de ma mère me transportent vers la jouissance et je le lui dis :
    
    — Maman, si tu continues, je vais jouir très vite.
    
    Elle relâche ma grosse verge et s’allonge sur le lit.
    
    Pour la première fois je peux admirer son corps superbe, d’une maturité rafraichissante, si je peux dire ; je m’approche et m’allonge sur elle, l’embrasse longuement, nos langues faisant connaissance pour la première fois, puis je descends vers l’objet du désir, titillant ses tétons au passage, puis léchant son ventre et son clitoris où ma langue et mes lèvres s’arrêtent ; je me dis qu’il est décidément bien gros ce clitoris, ou bien ce sont ceux que je connais qui sont petits ; je le compare à une petite bite. Je sens le corps s’agiter en petites secousses et maman pousser de petits soupirs d’aise, qui deviennent des petits cris, puis un grand râle orgasmique, ma langue allant maintenant fouiller sa chatte inondée de ce liquide savoureux que je teste et trouve identique à celui de Jeanne ou de ma tante. Ma mère me tiens la tête bloquée dans son entre-jambe alors que les secousses de son bassin s’atténuent. Je sens sa respiration reprendre une cadence normale et je me hisse vers le haut de ce corps, ma bite se présente d’elle-même devant son vagin et à ce moment précis je la sens ...