1. Secrets de couventines (8)


    Datte: 13/06/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: simson3

    ... que tout cela arriverait lorsque j’ai fait mon entrée au noviciat.
    
    Les regards se rapprochent. Tendrement. Amoureusement.
    
    — Mais j’ai un peu peur aussi, complète-t-elle.
    
    Alicia reste silencieuse pour un temps, se contentant de déposer de nouveaux baisers dans le cou de celle qui lui ouvre ainsi son cœur.
    
    — Si tu veux, lui chuchote-t-elle, on peut juste…
    
    — Non! l’interrompt la jeune novice en lui offrant son giron ouvert. Prends-moi! Maintenant. Fais de moi ta femme. Ta patience a amplement mérité sa récompense.
    
    — Ne crains rien, la rassure l’autre. Ce sera tout en douceur et je respecterai aussi tes limites. Si quoi que ce soit te déplaît ou t’indispose, j’arrêterai.
    
    C’est ainsi au tour d’Alicia de minoucher sa dulcinée, de caresser de ses lèvres vermeilles ses mignons nichons, d’en mordiller tendrement les tétons, arrachant chez la jeune et jolie baisée de discrets couinements de plaisir. Discrets, comme il se doit, puisqu’ici les murs étroits ont des oreilles.
    
    — Ils sont pas un peu… petits, mes seins, dis? demande la sensuelle rouquine alors qu’elle les voit gobés avec gourmandise par sa nouvelle Artémis, sa divine.
    
    — Aucunement, ma chérie. Ce sont tes beaux petits faons, comme dit dans leCantique des cantiques, mignons et délicieux, ornés des plus beaux petits tétons qui soient, doux et rosés comme toi.
    
    Graduellement les marques d’affection prennent la direction du giron ouvert à l’origine duquel une chatte assoiffée de sensations ...
    ... nouvelles attend, juteuse, la visite d’une langue nerveuse. Entretemps Alicia qui n’a cessé de distribuer ses marques d’amour a lentement fait glisser ses doigts sur un bas-ventre chaud, les laissant batifoler dans une toison rousse, bienveillant portail d’une féminité languissant de désir.
    
    Les premiers coups de langue sur le clito boursouflé font tressaillir la jeune baisée, un agréable frisson parcourant son échine entière. Mais la jeune vierge veut encore être rassurée :
    
    — C’est… c’est bien, Ali? lui demande-t-elle en l’appelant pour la première fois par son diminutif.
    
    — Oui, petit bébé. Et sois tranquille : tu goûtes nettement meilleur que sœur Madeleine.
    
    — Ça a quand même pas un peu un p’tit goût de pipi?
    
    — Mais c’est ta petite intimité. Et ton petit jus est très bon, je l’adore!
    
    Sophie peut maintenant pleinement s’abandonner à celle qui la conduit avec douceur vers le Paradis des joies saphiques. Les écluses de Gomorrhe sont grandes ouvertes. L’excitation sera bientôt à son paroxysme.
    
    — Ali, Ali… Je vais… Je vais jouiiir! prévient d’un ton presque désespéré celle qui sent son bouton d’amour sur le point d’exploser. On va… nous entendre! Aliii!
    
    — Tiens, prends! répond la grande en enfonçant doucement sa petite culotte imbibée de cyprine dans la bouche de l’autre. Mords bien!
    
    Sophie martèle des pieds le matelas, ayant perdu tout contrôle sur ses réactions comme les premières vagues de jouissance émergent de ses entrailles pour ensuite s’amplifier, se ...
«1234...7»