1. Love, love, love...


    Datte: 03/06/2022, Catégories: fh, jeunes, extracon, telnet, amour, Masturbation Oral préservati, pénétratio, fdanus, coprolalie, jouet, Auteur: Ellian

    Résumé de l’épisode précédent :Ève est entrée en première année à l’école du plaisir, une école qui porte bien son nom. Elle y a rencontré Estelle qui partage sa chambre ; Sophie, sa copine blonde un peu délurée ; Amarylis, une dominatrice ambitieuse ; Marie, une deuxième année protectrice qui lui a présenté son petit ami, Marc.
    
    La lecture des précédents épisodes est vivement conseillée : «La rentrée », «Le plaisir à l'école » et «Récréations »
    
    ___________________________________________
    
    Je me suis souvent demandé comment on le savait. Je veux dire, comment on pouvait vraiment savoir quand on était amoureux. Je le sais maintenant, c’est quand on ne peut empêcher la B.O. de Love Actually de tourner en boucle dans sa tête. Je ne dis pas que je n’ai jamais aimé, mais différemment. Je me souviens quand même de Martin, en maternelle. C’était plus simple à l’époque, je ne me demandais pas si ça allait être un bon coup ou s’il savait cuisiner. Il était un des seuls à ne pas relever les jupes des filles et ça avait suffi à me charmer.
    
    Roméo s’est montré beaucoup moins réticent à me la relever, ma jupe. Nous nous sommes rencontrés pendant les vacances de Pâques. J’ai eu envie de sortir un peu de l’école et de reprendre contact avec mon ancienne vie. J’avais prévu de passer une semaine chez la partenaire de débauche que j’avais rencontrée pendant mon année en fac de psycho. Elle avait organisé une soirée et c’est là que je l’ai rencontré. Un regard, quelques mots, et plus ...
    ... personne n’existait autour de nous. Il est un peu plus grand que moi, brun, des yeux marron qui tirent sur le vert. Il est étudiant en sociologie et travaille le soir bénévolement pour une association caritative dont il est trésorier. Il ira aider à rénover une école en Afrique cet été. Je pourrais peut-être aller avec lui ? Il fait beaucoup de sport, ne boit pas une goutte d’alcool.
    
    Mon amie était furieuse, au lieu de passer la semaine chez elle, je l’ai passée chez lui. Impossible de le quitter. Lui, son corps, ses muscles, sa bouche, son sexe. Impossible de croiser nos regards sans être envahis d’une fureur sexuelle frénétique. Quand il sortait de la douche, quand il me préparait mon petit-déj, quand il essayait de réviser ses cours… Dans la rue il nous a fallu trouver un coin plus sombre. J’ai baissé ma culotte, il m’a relevé la jupe et m’a pénétrée d’un coup, de toute la longueur de son sexe. J’ai joui en quelques aller-retour. La position n’était pas très confortable, je l’ai fait exploser dans ma bouche, nos regards en fusion. J’aime tout chez lui : sa queue, son cul, son corps, son charisme… Je n’ai jamais désiré quelqu’un comme ça. Nous pourrions discuter ensemble pendant des heures, sur nos vies, nos envies, nos parcours… si j’arrivais à me retenir de lui sauter dessus. Je ne le force pas, il en redemande. La nuit, entre deux somnolences, ma main s’aventurait vers cette queue presque encore vigoureuse, qui repartait au frôlement de mes doigts. Je voulais vérifier ...
«1234...9»