1. Aventure de confinement


    Datte: 13/05/2022, Catégories: f, h, jeunes, voisins, cérébral, revede, Voyeur / Exhib / Nudisme strip, Masturbation Auteur: Pandoreoflille

    ... vers son intimité. Elle s’effleura du bout de l’index, légèrement, ne se pénétrant qu’à fleur. Lorsqu’elle caressa, à peine, le cœur de son désir, elle s’électrifia. Tellement longtemps…
    
    Le mouvement fut imperceptible, à sa gauche, peut-être un reflet, peut-être le mouvement d’un rideau, peut-être la sensation d’être épiée s’était-elle amplifiée, mais elle en était certaine. Dans l’immeuble donnant sur les fenêtres de gauche, quelque chose avait bougé à l’extrémité de son champ de vision… Meeerde, le voisin. Et pas un rideau de tiré dans son appartement, pas une once de discrétion. En un mouvement rapide, elle récupéra les quelques éléments de tenue qu’elle put trouver à sa portée, traversa le salon en coup de vent pour se retrouver dans sa chambre et passer dans la salle de bains. Douche froide.
    
    L’eau ruisselant sur son visage lui fit reprendre pied peu à peu. Le rideau qui avait bougé était celui d’un appartement de l’immeuble à gauche, son vis-à-vis direct, au même étage, si elle ne s’était pas trompée. Elle rassembla ses souvenirs. Elle avait déjà entraperçu le gars qui vivait à cet endroit. Mignon, discret, vingt-cinq ans, pas plus, sans doute au moins aussi timide qu’elle puisqu’il lui avait ouvert la porte cochère sans que l’un ou l’autre n’ait réussi à démarrer la moindre bribe de conversation. Bon, au moins ce n’était pas un vieux pervers qui l’avait matée en douce. Au moins quelqu’un de sympa aurait-il gagné sa journée… Basta !
    
    Sophie sortit de la salle de ...
    ... bain et regagna sa chambre, la serviette autour de la taille. Dans cette pièce, au moins, aucune chance de se faire épier par le voyeur du jour ni d’ailleurs par quiconque. Ce côté de l’appartement donnait sur un espace vide sur des centaines de mètres et disposait, par ailleurs, d’une vue sublime sur l’arrière de la Chambre de Commerce et d’Industrie qui brillait de mille éclairages la nuit venue.
    
    Sébastien… Ça n’avait guère duré. Il n’avait pas tenu le rythme de la prépa. Il fit partie de la première vague de départs de la promo, et cette fois-là, le boulet siffla proche aux oreilles de Sophie. Conseils des profs, entretiens individuels, assiduité limite, travail fourni en deçà des exigences… Elle se l’était tenu pour dit et avait coupé les ponts avec lui, avec les sorties, avec la fête, et avec la vraie vie, d’une certaine manière. Ça faisait donc presque deux ans… Mince quoi, le constat était amer. Deux ans qu’elle n’avait même plus vraiment cherché à plaire…
    
    Elle laissa tomber la serviette devant son dressing, et prit le temps de se contempler dans l’imposant miroir qui l’ornait. Elle n’avait jamais eu besoin de s’entretenir pour garder une finesse inchangée depuis des années. On l’avait taxée de privilégiée pour ce « don », mais tout ce qu’elle n’en avait jamais vu n’était qu’une silhouette immuable de collégienne qui la désespérait de candeur. Ses cheveux d’un noir de jais lui tombaient sur une épaule, un con d’auteur de romans à l’eau de rose aurait qualifié ses ...
«1...345...9»