1. 0303 Sur les chapeaux de roues.


    Datte: 13/05/2022, Catégories: Entre-nous, Les hommes, Auteur: Fab75du31

    ... préoccupe, de cette autre maladie potentielle suspendue comme une épée de Damoclès au-dessus de moi, je ne peux pas.
    
    « Laisse-lui le temps, il finira par se fatiguer d’attendre que tu sois autre chose que celui que tu es. »
    
    Il est 15 heures lorsque mon portable se met à sonner.
    
    « C’est lui…
    
    — Vas-y, réponds ! »
    
    « Ourson !
    
    — Hey… ça fait plaisir de t’entendre ! Tu es où ?
    
    — Je viens de passer Brives… Je me suis arrêté pour prendre un sandwich. J’avais envie d’entendre ta voix. Tu me manques !
    
    — Toi aussi !
    
    — J’aimerais tellement que tu sois avec moi !
    
    — Moi aussi, si tu savais !
    
    — Tu fais quoi ?
    
    — Je discute avec Maman.
    
    — Ne lui raconte pas tout ! il se marre.
    
    — T’inquiète …
    
    — Allez, je vais continuer.
    
    — Tu m’appelles quand tu arrives, ok ?
    
    — A tout’, Ourson !
    
    — A tout’, bisous ! »
    
    « C’est beau d’être amoureux, n’est-ce pas, mon Lapin ? »
    
    De Ourson à Lapin, j’ai l’impression d’être un drôle d’animal.
    
    « Oui, c’est génial !
    
    — On n’est jamais aussi heureux que quand on aime et qu’on se sent aimé en retour.
    
    — C’est tellement vrai.
    
    — Alors, profitez bien de ce bonheur. C’est dommage que ton père ne soit pas un peu plus ouvert d’esprit, ton copain aurait pu rester déjeuner.
    
    — C’est gentil, Maman.
    
    — Ça viendra un jour, je suis persuadée que ça viendra. »
    
    Je profite de cet après- midi sur Toulouse pour rendre visite à ma cousine Elodie et à mon pote Julien. Mais au lieu de sauter dans un bus tout de ...
    ... suite, je prends le temps de marcher, de retrouver ma ville toujours défigurée par l’explosion d’AZF. Bientôt cinq mois que la catastrophe s’est produite. Toulouse, toujours Rose mais en vrac, se relève peu à peu et soigne ses blessures les unes après les autres. Il faudra du temps pour que ses cicatrices matérielles disparaissent, beaucoup de temps. Quant à celles humaines, de nombreux Toulousains les porteront dans leur chair et dans leur tête toute leur vie.
    
    « Maintenant, quand je mets un casque, je suis obligée de régler la balance droite et gauche pour avoir un son à peu près équilibré ! » plaisante Elodie.
    
    Elle a retrouvé une partie de son audition à l’oreille touchée par l’onde de choc de l’explosion, mais les médecins sont formels, elle ne récupèrera jamais totalement. Mais elle n’a pas perdu son humour et sa joie de vivre. Sa capacité à affronter les aléas de la vie et de dédramatiser me bluffe toujours.
    
    « Alors, on a beaucoup de choses à se raconter, elle enchaîne. Depuis que tu es à Bordeaux, c’est plus compliqué…
    
    — Depuis que tu es une femme mariée, aussi ! je la taquine.
    
    — Pas encore, pas encore, mais bientôt ! C’est vrai que nos vies changent. Mais une chose ne changera jamais. C’est l’amour que ta cousine te porte. Même si on se voit moins, rien ne change pour moi, je te retrouverai toujours comme si on s’était quittés la veille. Je peux tout entendre et je sais que je peux tout te raconter. »
    
    Si seulement c’était vrai, si seulement. Il y a des ...
«1234...23»