1. Céline et le jardinier


    Datte: 12/05/2022, Catégories: Partouze / Groupe Auteur: esperluette

    ... mon amour, je t’aime.
    
    Je commence à lui étaler la pommade sur sa rosette, depuis le tour vers le centre, ensuite je lui en injecte un peu dans son petit trou avec la canule.
    
    — c’est froid, dit elle en riant.
    
    Pendant que je la prépare, elle m’a pris la bite pour entretenir ma bandaison. Je pousse un doigt pour l’ouvrir doucement.
    
    — Tu me dis si je te fais mal.
    
    — Oui, continue, ça va.
    
    Je fais entrer mon doigt bien enrobé de pommade, elle reste bien détendue, mon doigt est complètement rentré, je le fais aller et venir, ça glisse tout seul.
    
    — Mmmmm !, oui, continue c’est bon.
    
    Je la branle un moment puis je retire mon doigt, je me place derrière elle et je présente mon gland, je pousse doucement, le sphincter commence à céder, le gland est entré.
    
    — Ça va chérie ?
    
    — Mmmm !, ça fait drôle, oui continue.
    
    Ma queue progresse dans son fondement sans qu’elle réagisse, mon pubis est contre ses fesses, je ne peux pas aller plus loin. Je reste un moment sans bouger puis je commence à aller et venir lentement.
    
    — Ahhh ! C’est bon, j’aime bien. Vas plus vite chéri.
    
    J’accélère donc mon mouvement, je lui lime l’anus sur toute la longueur de ma queue, elle commence à bouger aussi, venant à la rencontre de ma bite. Elle glisse toute seule dans son fondement mais par instants elle contracte son anus, augmentant d’autant mon plaisir.
    
    — Ouiiii ! Vas y, je ne savais pas que ce serait aussi bon !
    
    Mon pubis claque contre ses fesses, elle se cambre encore ...
    ... plus pour augmenter la pénétration, nous sommes déchaînés, elle crie son plaisir et je ne tarde pas à en faire autant, et après quelques coups plus violents contre son cul, je lui injecte mon sperme au fond de ses intestins.
    
    Je m’écroule sur elle, toujours emmanché jusqu’à la garde.
    
    Nous sommes tous deux essoufflés et nous devons reprendre notre respiration quelques minutes.
    
    Puis je me retire lentement de son anus qui se referme lentement.
    
    — Ah chéri, qu’est ce que c’était bon, si différent du vaginal. Je me demande pourquoi on ne l’avait pas fait avant. J’avais des préjugés, mais ça va changer, mon cochon tu vas en profiter !
    
    Nous nous enlaçons et nous embrassons amoureusement et longtemps jusqu’à ce que le sommeil nous gagne.
    
    Le lendemain de ces expériences mémorables, je discute avec Céline, elle me dit qu’elle n’a jamais autant joui et qu’elle souhaite recommencer, si je suis d’accord évidemment.
    
    Je lui dis que nous pourrons recommencer quand elle le voudra. Nous scellons notre accord par un baiser profond, suivi d’un rapport plein de douceur et de sensualité.
    
    Je décide de pratiquer une ouverture dans la clôture, Robert me donne un coup de main pour poser des poteaux et refixer le grillage. Je confectionne un portillon en bois et nous nous mettons d’accord pour que ce soit Céline qui décide de l’ouverture de la porte.
    
    Quand elle est ouverte, soit Robert vient à la maison, soit nous allons chez lui.
    
    Céline a retrouvé une libido d’enfer, ce dont ...
«12...4567»