1. Une mère pas comme les autres... (2)


    Datte: 13/01/2022, Catégories: Inceste / Tabou Auteur: AlexisPC

    J’étais assis à table, le nez dans mon assiette, attendant avec fébrilité et, je dois le confesser, une certaine impatience, la teneur des propos de ma mère.
    
    Elle savait donc que je l’avais épiée. Je sentais que, malgré moi, le rouge me montait lentement aux oreilles. Pour éviter le désastre de rougir comme un puceau, je me forçais à réfléchir sereinement à la situation.
    
    Je ne m’expliquais toujours pas de quelle façon elle m’avait percé à jour car j’avais pris grand soin que mon reflet n’apparaisse pas dans le miroir et je n’avais fait aucun bruit suspect pouvant l’avoir alerter sur la présence d’une autre personne dans la maison.
    
    Ma mère me tournait le dos, terminant la préparation du repas. En levant les yeux, je ne pus qu’admirer ses jambes, couvertes d’un voile de soie sous son déshabillé de la même matière. Ses cuisses étaient fines et ses mollets parfaitement dessinés. Ses talons hauts accentuant le galbe de son porté si féminin, tellement affolant pour les hommes que nous sommes.
    
    Je ne pus m’empêcher de penser qu’elle était, effectivement, très belle et au faîte de sa féminité, malgré le fait que je ne l’ai, évidemment, pas connue durant son adolescence et ses jeunes années. Mais ne dit-on pas qu’une femme n’atteint sa plénitude que la quarantaine passée ? Ses courbes rendraient dingue n’importe quel homme en âge de les admirer. Ainsi que les femmes que cela pourraient intéresser, d’ailleurs !
    
    En pensant à cela, une image me frappa de plein fouet, sans ...
    ... que je n’y fasse attention ou que je ne l’appelle vraiment.
    
    Anaïs et maman ensemble, bouche contre bouche, seins contre seins, chatte contre chatte.
    
    Je me souvins alors qu’après tout, c’est ce qu’elle désirait lorsqu’elle s’était masturbée en regardant ma copine sur nos photos. Estomaqué par la situation que je vivais alors, je n’avais pas vraiment réfléchi à ce que j’avais vu et entendu. Cette révélation me stupéfia. Et je me sentis à nouveau rougir bêtement.
    
    Ma mère s’était surtout laissée aller en parlant de ma copine. Pas de moi !
    
    C’est Anaïs qui la faisait visiblement fantasmer. Pas moi !
    
    Les seins d’Anaïs qui l’avaient amené à jouir en soupirant son prénom. Pas moi !
    
    La réalité m’apparut comme un coup de poing dans la figure.
    
    Ses paroles, ses sous-entendus durant notre dernière conversation ! Elle ne cherchait pas un homme pour remplacer mon père. Serait-il possible que…
    
    — C’est prêt ! Me dit-elle joyeuse en me servant mon assiette.
    
    — Merci, maman ! Dis-je poliment.
    
    — De rien, mon chéri ! Alors...vas-tu te décider à me regarder dans les yeux et à répondre à ma question plutôt que de me mater comme un vulgaire puceau pensant que je ne sens pas ton regard sur moi?
    
    Timidement, je levais les yeux vers elle pour constater qu’elle me souriait. Ses yeux étaient tendres et maternelles. Son regard carnassier avait disparu. Tout comme son peignoir.
    
    Elle était en nuisette transparente face à moi.
    
    Je ne pus m’empêcher de regarder ses seins, ...
«1234...8»