1. Voisin dominateur (5)


    Datte: 12/01/2022, Catégories: Gay Auteur: yphos

    ... paquet.
    
    Je dois être en train de baver à le mater, car il m’encourage à m’approcher d’un bref signe de tête. Et moi... Je sors de mon fourré pour m’approcher près de lui... à moins d’un mètre de ce beau mec.
    
    Il expulse un dernier jet d’urine, puis joue avec sa bite qu’il pointe vers moi, avant de me dire :
    
    — Dis-moi ma mignonne, tu m’as l’air très intéressée par ma queue ?
    
    Je hoche la tête positivement et m’approche un peu plus de lui sans quitter des yeux son membre raide. Il tient écartés les pans de sa chemise et fait danser sa bite uniquement par des contractions musculaires saccadées.
    
    — Approche-toi petite et fais-toi plaisir !
    
    Me dit-il en m’appuyant sur la tête pour me forcer à m’accroupir. Sa queue n’est pas comparable à celle de M. Paul.
    
    Elle ressemble plus à la mienne, mais elle me fascine !
    
    Je m’en saisis, la caresse délicatement et l’enfourne dans ma bouche impatiente.
    
    Quelques gouttes d’urine me tombent sur la langue, mais je n’y prête pas attention, tant je suis impatiente de téter ce beau gland violacé.
    
    Je suce avec avidité, caresse les couilles, mordille la hampe, engloutis toute la longueur du chibre, tant je suis passionnée par mon ouvrage !
    
    Le type me flatte la tête en bavardant comme une pipelette :
    
    — C’est la première fois que je viens ici, et toi, tu viens souvent ?
    
    — Hurmf ! Réponds-je la bouche pleine pour lui répondre négativement.
    
    — Je suis content d’avoir trouvé une bonne pipeuse comme toi.
    
    — ...
    
    — ...
    ... T’es sacrément bandante, tu sais ?
    
    — Merchi...
    
    — J’ai envie de te niquer tellement tu me plais.
    
    — ...
    
    — J’ai une capote dans la poche, alors ? Ça te dit ?
    
    — Hurmf.
    
    — Je prends ça pour un oui, relève-toi ma belle.
    
    Il m’aide à me redresser, défait mon pantalon qui glisse aisément sur mes collants.
    
    — Ouah ! Mais c’est tout mignon ce que tu portes.
    
    — Merci !
    
    Il m’enlace, mais c’est pour baisser mon collant et ma culotte sous les fesses avant de me retourner. Je prends appui sur l’arbre qui est face à moi, me penche en avant et attends...
    
    Le gars enfile sa capote, pointe mon cul et pousse pour me forcer l’anus.
    
    Il entre en moi sans difficulté, puis m’agrippe par les hanches et se met à me limer tranquillement en me racontant sa vie.
    
    Il est de passage dans la ville, il a vu sur le NET que ce coin est sympa pour faire des rencontres, il est marié, à trois gosses dont j’oublie instantanément les prénoms. Il profite de ses déplacements pour se taper des jeunots comme moi de temps en temps...
    
    Il est intarissable et ça finit par m’ennuyer. Aussi, je me décide de le stimuler en parlant à mon tour :
    
    — J’adore ta queue... Elle est bien dure... Défonce-moi mon chéri... Oui comme ça ! Oui plus fort encore !
    
    Mon idée est la bonne, car le gars se tait et se consacre à me niquer avec plus d’entrain. Quelques pressions sur ses couilles finissent de le stimuler et quand il se contracte en m’écrasant contre lui, je sais qu’il a juté.
    
    Il sort de moi, ...