1. Lise, de l'ennui au désir (1)


    Datte: 11/01/2022, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Auteur: Matmalou

    ... en plus déçue de son attitude, je préfère ne même pas lui répondre et retire ma main de la sienne. Prenant sur moi, je m’exclus totalement de leur conversation. Je commence à manger l’entrée, une petite salade de chèvre chaud. Un peu de sauce coule sur ma bouche, je m’essuie maladroitement. Tremblante et énervée des paroles de Xavier, j’en fais tomber ma serviette en la reposant. Celle-ci glisse le long de mes jambes pour se poser sur un de mes escarpins. Je me penche pour la ramasser, et en remontant doucement, je croise le regard d’un des hommes assis à la table en face. Ce dernier me regarde fixement, d’un air compatissant et compréhensif de ma situation. Un peu gêné d’être pris sur le fait, il semble cependant satisfait que je le lui rende ce regard. Il a des cheveux châtains assez courts, pas forcément coiffés, et une barbe de quelques jours qui lui donne un style classe et décontracté.
    
    Il porte un costume bleu marine avec une chemise blanche, simple, mais efficace. Il est entouré de trois hommes et semble lui aussi hors de leurs conversations. Je me rends alors compte que mon regard est détourné vers ce bel inconnu depuis un moment. Je me rassois convenablement tout en constatant avec soulagement que personne à ma table ne semble avoir remarqué mon égarement. Après seulement quelques minutes, mon regard se tourne instinctivement à nouveau sur l’homme assis en face. Un très léger sourire au coin des lèvres, il a l’air amusé, mais pas moqueur. Il a un visage et un ...
    ... regard plaisant, rassurant, envoûtant même...
    
    Je me surprends à lui retourner son sourire. Il semble plus grand que les autres hommes à sa table, plus jeune aussi, quoique plus vieux que moi. Je lui donnerais une petite quarantaine d’années. Cet homme ne me laisse pas insensible, quelque chose se dégage de lui, mais je ne saurais décrire ce que je ressens. Il ne me lâche du regard que de courts instants pour faire semblant de s’intéresser à ses compagnons du soir. De mon côté, j’en fais de même pour faire mine d’écouter la conversation à ma table et ne pas attirer l’attention de mon mari. Mais mes yeux ne cessent de se retourner rapidement vers la table d’en face. Nous semblons comme fascinés l’un par l’autre. Je suis reprise à la raison lorsque le serveur arrive pour retirer nos assiettes. Sylvain me propose du vin blanc, j’accepte, lui souriant poliment. Il n’a même pas servi toute la table que j’ai bu cul sec mon verre, lui tendant pour qu’il le remplisse à nouveau.
    
    C’est déjà mon troisième verre de vin et l’alcool commence à m’enivrer. Je ne suis pas une grande buveuse d’alcool, mais là, j’en ai vraiment besoin pour supporter les hommes à ma table.
    
    L’alcool a aussi comme effet de me dévergonder et de me rendre davantage joueuse. Je me rappelle aussi au même moment de la phrase de mon mari : ‘Ce soir, j’aimerais que tu passes toi aussi une bonne soirée’. Eh bien oui, ce soir, Lise, tu vas passer une bonne soirée !
    
    Une idée, une envie plutôt, me vient directement à ...