1. Lise, de l'ennui au désir (1)


    Datte: 11/01/2022, Catégories: Voyeur / Exhib / Nudisme Auteur: Matmalou

    ... soir, j’aimerais que tu passes toi aussi une bonne soirée.
    
    Nous nous arrêtons au milieu des marches, Xavier m’embrasse tendrement, me rassurant, me faisant me rappeler que je l’aime et qu’en dehors du cadre du travail, il n’est pas toujours comme cela. Au moment de reprendre notre montée des marches, une autre voiture arrive. Xavier reconnaissant cette dernière, nous décidons d’attendre les nouveaux arrivants. Deux hommes en costume, dans la trentaine, sortent d’une berline grise métallisée. Xavier les rejoint en bas de l’escalier et leur serre vigoureusement la main.
    
    — Bonjour messieurs ! Ça fait plaisir de vous voir. N’est-ce pas l’endroit idéal pour parler affaires ?
    
    — Nous aussi Xavier, ça fait plaisir de te voir ! Tu as raison, quel endroit splendide. D’autant plus que je vois que tu n’es pas venu seul ce soir...
    
    C’est celui qui semble le plus âgé des deux qui a pris la parole, et il ne cherche visiblement pas à être discret. Je le suspecte même de faire en sorte à ce que j’entende ses propos. Les deux arrivants me regardent avec un sourire en coin un peu pervers. En retour, je leur rends le sourire par politesse. Le deuxième homme ajoute :
    
    — Tu ne nous avais pas menti Xavier. Ta copine est une vraie bombe !
    
    Oubliant les mots que je lui ai glissés, Xavier ne rétorque pas. Souriant même aux commentaires de ses clients. Je suis Consciente que mon mari ne peut pas trop blâmer les réflexions malsaines des deux invités en vue des négociations à venir. Quant ...
    ... à moi, je ne sais trop comment réagir. À la fois indignée par le manque de respect des deux hommes, mais je me rappelle aussi que j’aime plaire et provoquer. Ma tenue le démontre, je me suis apprêté pour l’occasion dans le but d’être remarquée. C’est moi qui ai choisi cette robe après tout, et elle semble faire son petit effet. Je me surprends même à sourire de plaisir aux commentaires de ces deux hommes. Joueuse, j’ajoute :
    
    — Que vos yeux ne se perdent pas trop Messieurs, je vous laisse entre hommes, je vais prendre la réservation de la table.
    
    Consciente que les trois paires d’yeux vont suivre ma silhouette jusqu’en haut des marches, et voulant tester aussi mon homme, je me retourne et finis le trajet qui mène au restaurant d’une démarche sensuelle, légèrement exagérée. Sans me retourner et juste avant d’ouvrir la porte du restaurant, j’arrive à entendre :
    
    — Allons messieurs, on est là pour parler affaires, ne l’oubliez pas !
    
    — Ah ! Il faut savoir apprécier les belles femmes mon cher Xavier... Trêve de plaisanterie, tu as raison ! Allons rejoindre ta femme avant qu’elle ne trouve meilleure compagnie.
    
    En franchissant la porte du restaurant, mes talons se plantent sur un gigantesque tapis blanc orné de fleur bleue qui mène au comptoir d’accueil. Je m’y dirige, encore troublée par la scène d’accueil que m’ont réservée les hommes. Je passe à côté d’un petit point détente où des canapés style 16e siècle sont installés. L’endroit est vraiment magnifique. J’indique ...