1. Moi paysanne maîtresse du sexe (2)


    Datte: 08/01/2022, Catégories: Lesbienne Auteur: zooph34

    Louise
    
    — Allez, on s’habille.
    
    Je la regarde, que s’est-il passé ?
    
    — Tu as eu un avant-goût de ce qui t’attend, tu as aimé ?
    
    Je ne sais que répondre, je la regarde, un peu hébétée.
    
    — Tu as aimé ?
    
    — Oui, beaucoup.
    
    Elle me regarde avec un sourire tendre, je vais vers mes vêtements pour les remettre.
    
    — Tu ne vas pas remettre ces vieilles loques puantes après avoir pris un bain et avoir été parfumée, elles vont être jetées, suis-moi.
    
    Elle prend la robe et le jupon. Je la suis dans une autre pièce, toujours nue, je m’étonne d’être aussi à l’aise, il y a une autre femme assez âgée.
    
    — Gertrude, je t’amène la nouvelle.
    
    — Merci Bérangère.
    
    — Tu vois qu’encore une fois, tu vas travailler sur un magnifique modèle.
    
    — C’est vrai qu’elle est très jolie et très belle, comme toutes ces demoiselles du haut, quoique chez elle, aucun défaut.
    
    — Je pense que madame va avoir une agréable surprise, ça ne se voyait pas sous ses vieux vêtements puants.
    
    — Par ici ma p’tite.
    
    Je viens vers elle, elle pose ses mains sur mes épaules, elle les fait glisser sur le reste de mon corps, bras, dos, côtes, ventre, poitrine qu’elle secoue, tâte, malaxe, ses mains descendent vers le bas de mon ventre.
    
    — Il va falloir enlever cette touffe immonde.
    
    — Je lui ai déjà dit, c’est prévu.
    
    Ses mains vont sur mes jambes et remontent sur fesses pour glisser dessus lentement, les soupeser, les malaxer, les pincer.
    
    — Beaux seins fermes et ronds, belles fesses bien ...
    ... galbées et fermes, belle peau lisse et douce, très beau corps, elle va beaucoup plaire à madame.
    
    — Je le pense aussi.
    
    — Tu l’as goûté ?
    
    — Oui, mais je ne te conseille pas avec ses poils, c’est assez désagréable.
    
    Je ne comprends rien à ce qui se passe, mais je découvre que j’aime bien tout ce qu’elle m’a fait. Elle sort un ruban gradué, elle le passe autour de ma poitrine, de mon ventre, de mes hanches.
    
    — Excusez-moi, mais vous faites quoi ?
    
    — Je prends tes mensurations.
    
    — C’est quoi les mensurations ?
    
    — Je mesure ton corps sous tous ses angles pour pouvoir te faire ta tenue de soirée.
    
    — Ma tenue de soirée ?
    
    — Ne t’emballe pas ma p’tite, ce n’est pas pour aller au bal, cette tenue, c’est celle que tu porteras quand les patrons font une soirée avec des invités, il faut que le personnel soit irréprochable et beau, c’est une très belle robe et tu devras la maintenir constamment propre et repassée.
    
    — Je n’y manquerais pas.
    
    — Tu as intérêt.
    
    Une fois toutes les mesures prises, Bérangère me tend les affaires qu’elle portait. Un jupon léger, une robe boutonnée derrière et rien d’autre.
    
    — Pas de culotte ici, madame n’aime pas, elle dit que c’est un nid pour les odeurs.
    
    — Comment je fais pour boutonner ma robe ?
    
    — Vous serez quatre ne l’oublie pas, tu demanderas à l’une d’entre elles, et maintenant c’est moi qui la boutonnerai.
    
    J’enfile le jupon, il est très agréable, rien à voir avec le mien. La robe est comme le jupon, très douce, en plus, ...
«1234...8»