1. Live and let die (13)


    Datte: 06/01/2022, Catégories: Transexuels Auteur: Mlle_Helened

    Même si l’heure était tardive, l’autoroute A7 était encore bien chargée.
    
    — Tu as le permis ? demanda Mélody alors qu’elle passait le péage de Beaune.
    
    — Oui. Mais je ne conduis que lorsque je vais chez mes parents.
    
    — Parfait !
    
    Elle s’arrêta quelques kilomètres plus loin pour faire le plein. C’était le principal inconvénient de sa bombinette : grosse consommation et petit réservoir. Franck insista pour payer, mais Mélody refusa tout de go.
    
    — Tiens, dit-elle en lui lançant les clés. Pour une fois, je vais profiter du paysage.
    
    Franck s’installa au volant, quitta lentement l’aire de repos et s’engagea sur l’autoroute. A la première accélération, il comprit qu’il n’avait pas à faire à la Kangoo poussive de ses parents. Il leva le pied lorsque l’aiguille dépassa les cent-cinquante kilomètres par heure.
    
    — Ça déménage, hein ? s’amusa Mélody.
    
    — Oui. C’est un coup à perdre tous ses points.
    
    — Je sais ... répliqua la jeune femme, énigmatique.
    
    Franck n’osa pas demander s’il lui en restait beaucoup.
    
    Le régulateur de vitesse délesta le jeune homme de la vigilance sur le compteur. Il osa poser sa main sur la cuisse de Mélody. Elle écarta légèrement les genoux en guise d’invitation à aller plus loin. Franck comprit le message et sa main s’égara vers le triangle d’or.
    
    Mélody reprit le volant juste avant de sortir de l’autoroute. Elle roulait à vive allure sur les petites routes sinueuses et désertes, malgré la nuit à peine éclairée par un fin croissant de ...
    ... Lune. Elle s’engagea sur un chemin en pierre vers une maison isolée au milieu de nulle part. Mélody coupa le moteur. La terrasse était faiblement éclairée par une bougie. Une lampe anti-insectes, pendue à une poutre grésillait régulièrement.
    
    — Ah te voilà enfin, dit Evelyne, la maman de Mélody.
    
    — On n’était pas tout seul.
    
    — Tu ne m’as pas dit que tu serais accompagnée, s’étonna Evelyne.
    
    — Je voulais vous faire la surprise. Papa, maman je vous présente Franck, mon chéri. Franck, Evelyne et Jean-Paul, mes parents.
    
    — Bonsoir, dit timidement le jeune homme.
    
    — Bienvenue dans la famille, dit Jean-Paul.
    
    — Vous avez faim ?
    
    — On a mangé tout à l’heure, répondit Mélody.
    
    — Et toi, Franck ? Ce n’est pas parce que Mel’ à un appétit d’oiseau, que tu dois faire pareil.
    
    — Non, ça va. Merci, c’est gentil.
    
    — Ne te gêne pas. Allez, venez boire quelque chose. Je n’ai pas préparé de chambre d’ami. Je suppose que ce n’est pas la peine.
    
    — Tu supposes bien maman.
    
    — Comment vous vous êtes rencontrés, ça fait combien de temps ?
    
    — Maman ! Tu peux pas attendre un peu avant de poser les questions ?
    
    — Si, bien sûr. En fait non. Bon alors, dis-moi tout.
    
    — Bon, se résigna Mélody. Je connais Franck depuis quelques mois, on couche ensemble depuis quelques semaines et on s’est rencontré via une amie. Ça te va ?
    
    — Pour le moment, répliqua Evelyne. Pour le moment.
    
    Jean-Paul déposa une assiette de charcuteries et de fromages sur la table, ainsi qu’une bouteille ...
«1234»