1. Les malheurs de Sophie - Chapitre 08


    Datte: 03/01/2022, Catégories: Non Consentement / À contre-cœur Auteur: byalexandredelafressange

    ... conversation :
    
    - Quand notre Directeur m'a appelé pour me dire qu'il souhaitait m'offrir un beau cadeau pour tout le travail fourni au sein de l'entreprise, j'ai cru qu'il se moquait de moi. Mais non! Il était sincère! C'est un grand homme! Je te promets que tu vas prendre de la queue toute la nuit : depuis le temps que je rêve de ce moment!
    
    Tout en parlant, l'homme se gare devant un hôtel-restaurant :
    
    - Purée, un quatre étoiles! Le chef a fait les choses de façon grandiose!
    
    Les amants d'un soir, après s'être délestés de leurs légers bagages et pris possession de leur chambre, entrent dans la salle à manger chic, où un serveur les place.
    
    Dès que celui-ci s'est éloigné, le responsable des expéditions se lâche : - Tu sais, depuis que je t'ai niquée chez notre patron, je ne pense qu'à toi. Tu m'excites à mort, ma salope!
    
    Le repas débute : foie gras, turbot, canard, fromages affinés. Il est temps de prendre le dessert.
    
    - Pour Mademoiselle, interroge le serveur?
    
    Albert s'interpose dans la conversation : - Nous allons passer la nuit ensemble. Dès lors, je pense que pour ma jeune maîtresse, une bonne grosse banane flambée s'impose, non?
    
    - Oui, répond la secrétaire, rouge comme une tomate.
    
    Malgré son air interloqué, le garçon ne dit mot et se contente d'enregistrer la commande. Lorsque celui-ci revient à table pour servir les plats, le collègue de Sophie insiste à nouveau :
    
    - Madame adore ce qui est large, long et dur, n'est-ce pas, ma ...
    ... cochonne?
    
    L'assistante se contente d'une courte réplique : - Oui...
    
    Son café fini, le vieil homme invite la subalterne à l'accompagner dans la chambre prévue. A peine arrivé, il saisit la beauté naturelle par les épaules et commence à l'embrasser goulûment :
    
    - Vite, déshabille-toi, montre-moi ton cul et tes gros nibards! A poil, putain! La subordonnée obéit et l'homme chauve empoigne ses seins et se met à les peloter, insinuant une main dans son entrejambe et commençant à triturer son clitoris :
    
    - Allonge -- toi sur le lit et écarte tes cuisses! Je vais te bouffer la moule!
    
    Joignant le geste à la parole, il la rejoint, lui embrasse le ventre, descend jusqu'à la fente et commence le cunnilingus. Pendant dix minutes, une langue avide fouille le sexe de l'auxiliaire, tout en titillant son bouton. La secrétaire ne ressent rien, un immense dégoût primant sur tout plaisir éventuel. Subitement, il amène son gland turgescent vers la bouche de son « amante » : - A toi de me donner du plaisir! Suce-moi!
    
    Elle prend la bite en bouche, l'engloutit, la ressort, lèche la hampe. Le vieux l'encourage :
    
    - Tu aspires comme une pute! Quand je pense comment tu te baladais dans l'usine en faisant la fière!
    
    Tout à coup, il se retire :
    
    - A quatre pattes! Je veux te fourrer en levrette... avant de te perforer l'œillet!
    
    L'assistante prend la position voulue, tandis qu'Albert la lime en cadence, se cramponne à ses hanches, lui pelote ses seins qui se balancent. Le vieux pervers accélère ...
«1234...7»