1. Que le meilleur gagne


    Datte: 03/01/2022, Catégories: fh, extracon, humilié(e), jalousie, Oral 69, pénétratio, Humour Auteur: Amarcord

    ----------
    
    — Voyelle.
    — A
    — Consonne.
    — N
    — Consonne.
    — C
    — Voyelle.
    — O
    — Voyelle.
    — U
    — Consonne.
    — R
    — Consonne.
    — D
    — Consonne.
    — N
    — Voyelle.
    — U
    — Consonne.
    — K
    — A vous de jouer, Messieurs ! C’est parti pour 30 secondes !
    
    Pas mal, ce tirage… Faut que je creuse, mais je suis sûr qu’il y a du potentiel. J’vais lui mettre la pâtée, à l’abruti !
    
    « Jean-Pierre, Hubert, je suis ravi de vous accueillir pour ce qui sera un combat dur, mais certainement loyal, » qu’il nous a dit, le présentateur. « Serrez-vous la main ! »
    
    C’est ça, bien sûr…
    
    « Vous êtes les deux cracks de l’émission. Les candidats invaincus… Mais ce soir, c’est le combat des chefs, et il n’y aura qu’un vainqueur ! Un super-vainqueur, même ! Celui qu’attend toute la France du troisième âge… Que le meilleur gagne ! »
    
    Un peu, qu’il va gagner, le meilleur… Je mène au score, 53 à 50, et même s’il n’est pas encore cuit, ça sent déjà drôlement bon.
    
    Et puis ça va se creuser, puisque c’est à mon tour, et que « Le mot le plus long », c’est mon épreuve. Personne ne peut m’y vaincre. M’y égaler, peut-être, à la rigueur. « Pas mieux ! », comme on dit dans ces cas-là. Mais m’y battre ? Personne n’y est jamais parvenu.
    
    J’en ai déjà un, de mot. « ROUND ». Ça le fait, ça, round, non ? Ils vont pas me le refuser sous prétexte d’anglicisme ? Non, pas possible. C’est dans le dictionnaire, c’est évident. La boxe, le catch…
    
    On est pile dessus, sur le ring. Gare à l’uppercut. Je vais ...
    ... te le mike-tysonniser, moi, le microbe, te l’envoyer sur orbite. KO au 4e round… Attendez, bougez pas, je vous envoie les ralentis sur tous les bourre-pifs. Le résumé des épisodes précédents. Premier round il y a un an : je l’ai écrasé à « Pyramides ». Deuxième round six mois plus tard : même pas eu le temps de remettre son protège-dents que je l’humiliais à la finale de « Questions pour un champion ». Et puis au 3e round, l’accident, la catastrophe. Sur « N’oubliez pas les paroles ! ». J’ai même pas envie d’en parler, tiens…
    
    De toute façon, cette fois-ci, c’est la bonne. Mieux que la revanche. La mère de toutes les batailles. La lutte finale. Pas de quartiers ! Je vais l’envoyer au tapis pour de bon, l’avorton. L’atomiser.
    
    J’en étais à « ROUND ». Cinq lettres ? C’est mesquin. Je dois pouvoir faire mieux… Putain, putain, putain… Faut que j’me concentre !
    
    Attends, y’a « CANON », aussi… C’est kif-kif bourricot, 5 lettres aussi. Pas vraiment du gros calibre… Et moi je veux le mettre en pièces sur mon Chemin des Dames.
    
    Parce que pour être canon, elle est canon, sa femme. Comment c’est possible d’être aussi mal assortis ? Lui, la demi-portion, tout chétif dans son p’tit costard de premier communiant, avec son crâne luisant et ses lunettes aux verres en culs de bouteilles. Et elle, mon Dieu, elle… Féminine, capiteuse, envoûtante, ensorcelante. Qu’est-ce qu’elle lui trouve ? Où l’a-t-elle trouvé, d’ailleurs ? Il était en soldes ? C’est pas plutôt elle, qui devrait passer ...
«1234...7»